Auto-centré: la nouvelle normalité?

En tant que psychiatre pour enfants et adolescents, lorsque j'écoute mes jeunes patients, j'entends souvent des récits personnels de crise, de confusion et même de désespoir. Tout au long de mon travail clinique avec ces enfants, j'essaie puissamment de rester équilibré. L'empathie et l'espoir sont juxtaposés à mon travail acharné pour éliminer tous les obstacles, qu'ils soient biologiques ou psychosociaux, qui bloquent la progression vers une vie plus heureuse, plus saine et plus productive dans leurs communautés. Ces accents humains et mesurés apparaissent comme des principes de base de ma profession de médecin, et ils le sont restés depuis longtemps.

Pourtant, ce qui n'est pas resté aussi ancré dans le temps que mes traditions professionnelles, c'est la culture elle-même, les communautés dans lesquelles vivent ces enfants. Les tendances sociétales se sont éloignées de l'emphase sur la communauté et le bien commun et se sont tournées vers la nécessité de prendre soin de soi, de se perfectionner, voire même de s'auto-glorifier.

Utilisant un moteur de recherche Google qui compte les usages des mots dans les écrits de 1500 à aujourd'hui, trois universitaires, Jean Twenge, W. Keith Campell et Brittany Gentile, ont récemment montré comment les mots et les termes apparaissant dans l'imprimé se sont éloignés de la communauté. basés sur des idées plus individualistes. Autrement dit, les termes et mots tels que «soi» et «unique» et «je viens en premier» ou «je peux le faire moi-même» sont devenus plus fréquemment imprimés. Les mots comme «collectif», «partager», «groupe» et «bien commun» sont en train de s'user. Parallèlement, les mots tels que la vertu et la conscience apparaissent moins fréquemment dans les médias imprimés tandis que d'autres sur l'amélioration de soi et le renforcement de soi apparaissent plus fréquemment.

Dans un sens réel, le zeitgeist au début du 21ème siècle chuchote à nos enfants de prendre soin d'eux-mêmes et d'ignorer la communauté dans son ensemble. Nous vivons dans des temps qui changent, une ère de changement de moralité mal étudié.

Récemment, la chercheuse universitaire Audrey Longson, lors de la réunion annuelle de l'American Psychiatric Association à San Francisco, a présenté quelques données sur l'interaction des émissions de téléréalité et des tendances morales dans la vie des jeunes de notre société. Plus précisément, elle a mis l'accent sur le narcissisme, caractérisé par la fierté, la vanité et la concentration sur soi-même, même au détriment des autres. En utilisant un ensemble unique d'outils de mesure, dont le Survey Monkey pour accéder à un groupe de participants médiatique, elle a découvert une subtile corrélation entre l'immersion dans les deux émissions voyeuristes comme «Les vraies femmes au foyer de San Francisco» et les spectacles plus compétents. comme "Survivor" et le développement de certains traits narcissiques dans leur jeune public. Les tendances vers l'exhibitionnisme, le voyeurisme, la volonté d'avoir du pouvoir sur les autres et le besoin de se voir comme très, très spécial semblent plus prononcés chez les jeunes immergés dans ces spectacles que chez ceux qui ne le sont pas. La distinction est encore plus claire lorsque ces téléspectateurs sont comparés à ceux qui regardent des émissions éducatives.

La chercheuse considère son travail comme provisoire et reconnaît que la question de cause à effet reste floue. Est-ce que les spectacles eux-mêmes, au cours de laquelle les Kardashian font du shopping au centre commercial ou quand Snooki déjeune avec un ami qui le désole pour être en surpoids, attirer les jeunes déjà enclins à être égocentrique? Ou inculquent-ils à un spectateur sensible une impression positive de ce type de comportement, une normalisation de ces actes égocentriques?

Étant donné que mon travail avec les adolescents et les pré-adolescents se déroule dans un contexte clinique et non dans un contexte de recherche, mon parti pris est de voir ces deux idées comme vraies. Certains jeunes particulièrement vulnérables, confrontés à la confusion identitaire, sont attirés par de tels spectacles axés sur le narcissisme, et les spectacles peuvent simplement renforcer ces tendances. Mais aussi beaucoup de jeunes impressionnables pourraient trouver l'immersion dans ces expositions balançant leurs perceptions de la normale vers le narcissique. Puisque l'adolescence implique généralement une confusion sur la façon de se voir dans le contexte du monde large, il est facile de voir comment même un adolescent relativement intact peut ressentir le message délivré par ces spectacles comme non seulement divertissant et amusant, mais aussi attrayant, même irrésistible.

Si nous étendons cet argument à propos du soi et du narcissisme par rapport à la communauté et au bien commun, nous nous interrogeons sur d'autres preuves scientifiques importantes concernant par exemple la violence médiatique ou la sexualité des adolescents ou la glorification des drogues et de l'alcool. une tendance plutôt peu glamour, c'est l'obésité infantile. La littérature scientifique dans tous ces domaines suggère que les médias ont des effets potentiellement délétères sur les jeunes humains sujets à trop de temps d'écran. Dans tous les cas, les médias, à un niveau subliminal, encouragent certains comportements et, par conséquent, ont un impact sur le développement moral de l'enfant.

Prenons comme exemples la gourmandise, un vice chrétien traditionnel, et la modération en toutes choses, une vertu classique. La plupart des parents voient de la valeur dans ces impératifs moraux. Pourtant, lorsque les enfants restent assis des heures devant les écrans et absorbent une longue rangée de publicités, ils entendent et voient des images qui les encouragent à rechercher des aliments gras, salés et sucrés. Ces messages se heurtent aux vertus classiques et chrétiennes de la modération et de l'abstinence. Les enfants apprennent à se gratifier d'eux-mêmes et de leurs sens dans l'instant, et ainsi ils risquent l'obésité. Et l'obésité infantile atteint des niveaux alarmants.

Ou, comme le suggère l'épidémie de harcèlement, les enfants vivent maintenant dans une culture plus large étayée par une culture médiatique dans laquelle le contraire de la compassion et de l'empathie – les caractéristiques de mon travail thérapeutique – est écarté de la scène. La norme a peu à peu poussé les jeunes à voir l'enfant vulnérable non protégé, encouragé et encouragé, mais plutôt comme un maillon faible dont on se moque, traité comme une risée, qui a besoin d'humiliation publique, même sur Facebook.

Je me demande où ces tendances mèneront. En ce qui concerne la génération actuelle, qui comprend les enfants en difficulté assis dans mon bureau, beaucoup se sont collés à des écrans pas à des livres, à un niveau jamais connu auparavant dans l'histoire de l'enfance. Selon une récente étude de la fondation Kaiser Family, la moyenne a augmenté d'au moins huit heures par jour. Avec l'immersion dans les médias, les enfants évitent le temps consacré aux amitiés, au travail scolaire et à la famille. Alors, ils se laissent ouvert bien des heures par jour pour absorber les sentiments, les idées et même la moralité du monde des médias auxquels ils accordent. Et ils diminuent les contacts avec les amis, les enseignants et la famille qui pourraient offrir leurs perspectives radicalement différentes.

En bref, la question posée par le chercheur aux réunions de l'APA concernant la cause et l'effet a une réponse assez claire dans le domaine de la réalité sociale. Les heures passées avec un «ami» attirant et attirant à la télévision, au cinéma ou sur Internet influencent le développement moral de l'enfant, tout comme les heures passées tous les jours avec un bon entraîneur de tennis renforcent le jeu de tennis de l'enfant. Ou un contact étroit avec un enseignant intellectuellement curieux renforce le désir des enfants d'apprendre. Ou des heures en lien étroit avec un parent sage améliorent le sens du bien et du mal de l'enfant.

Dr George Drinka est un psychiatre pour enfants et adolescents et l'auteur de La naissance de la névrose: Mythe, Malady et les victoriens (Simon & Schuster). Son nouveau livre, Quand les médias est le parent , est l'aboutissement de son travail avec les enfants, son étude savante des œuvres sur les médias et l'histoire culturelle américaine, et son dévouement à écrire des histoires qui révèlent l'humanité en nous tous.

Related of "Auto-centré: la nouvelle normalité?"