Comment aider (et traiter avec) une personne anxieuse

flickr.com
Source: flickr.com

Peut-être que c'est votre fils de 10 ans, Matt, et le redoutable projet scientifique. Une semaine dehors et il est déjà dans un dither – que devrait-il faire, il ne sait pas, il ne sait pas par où commencer, il ne peut pas le faire. Il est débordé, s'agitant et se plaint et s'enfonce de plus en plus profondément dans son trou anxieux.

Ou peut-être n'est-ce pas votre fils mais une nouvelle employée, Sara, qui frappe à votre porte toutes les 5 minutes avec une question: «Puis-je vous demander quelque chose de très rapide?» – sur les formulaires de kilométrage ou un appel client il y a 3 minutes. Les questions ne finissent jamais et s'aggravent réellement.

Ou vous et votre mari, John, vous faites un voyage pour voir votre soeur à Saint-Louis et vous pouvez dire que John est déjà monté en puissance. Il veut faire emballer la voiture la nuit d'avant, il veut se lever à 4h30 du matin, donc vous quittez la ville et battez la circulation, et vous savez que vous feriez mieux de ne pas courir tard ou il sera irritable et moche tout le long .

Ou vous remarquez que chaque fois que votre mère vient, elle ne peut pas résister à faire des commentaires négatifs sur ce que vous portez ou se demande pourquoi les enfants ont une collation quand le dîner est à seulement 2 heures de route. La microgestion vous rend fou.

L'anxiété, nous l'avons tous, mais certains d'entre nous le gèrent mieux que d'autres, et ceux qui ne le font pas peuvent être difficiles à vivre ou à vivre. Mais vous n'avez pas besoin de vous sentir comme la victime ou le martyr ici. Vous pouvez faire beaucoup pour les aider (et vous-même) à sortir. Mais d'abord, regardons les modèles relationnels de l'anxiété:

Visages de l'anxiété 1: débordé

Ce que nous avons décrit ici sont deux des types les plus courants. Matt et Sara sont ceux qui sont facilement submergés par l'anxiété. Ils voltigent, ils posent des questions, ils ne peuvent pas agir ensemble et aller de l'avant. Et ils viennent à vous pour vous aider à les renflouer d'une manière ou d'une autre – aider à l'idée du projet scientifique ou aider à le faire; répondez aux questions sur le travail au moment où ils surgissent dans leurs têtes. Vous avez l'impression qu'ils viennent toujours vers vous.

La traction: L'attraction émotionnelle ici est d'intervenir et d'aider. Mais il y a des effets secondaires: parfois vous vous sentez comme si vous faisiez un peu trop de travail, ou vous vous sentez frustré de ne pas pouvoir le faire vous-même, ou vous ressentez du ressentiment parce que vous vous sentez un peu manipulé ou que vous n'êtes pas apprécié pour vos efforts. Ou tout ce qui précède.

Le problème du pattern: Ce qui se passe réellement, grâce à vos bons efforts, c'est que Matt et Sara s'entraînent inconsciemment à devenir leur tranquillisant, leur Ativan. Chaque fois que vous vous présentez et donnez des idées à Matt pour son projet ou que Sara répond à sa question au moment où elle le veut, chacun se sent immédiatement mieux – ça marche, ses angoisses diminuent. Malheureusement, compte tenu du mécanisme de l'anxiété, leur tolérance à l'anxiété diminue également et ils s'appuient de plus en plus sur vous. Vous devenez de plus en plus fatigué, et leur confiance en soi, en ne faisant jamais rien par eux-mêmes, n'a jamais aucune adhérence.

Visages de l'anxiété 2: Le contrôle Freak

John et votre mère peuvent aussi être submergés par l'anxiété, mais il y a longtemps, ils ont appris à la garder sous contrôle. John a tracé mentalement il y a 2 semaines comment le voyage à St. Louis devrait aller. En ayant un plan en place et en faisant en sorte que les personnes impliquées (vous) s'y conforment, il peut se détendre. Il a juste besoin de s'assurer que vous vous y conformez, d'où l'irritation.

Idem pour ta maman. Elle peut être par nature une personne critique, mais plus probablement elle est généralement anxieuse et s'inquiète … de tout. C'est la nature de l'anxiété, qui fait de tout une priorité, et ses commentaires sont motivés par l'inquiétude. Comme John, si elle peut juste vous faire faire ce qu'elle veut (les vêtements, la collation), elle peut se détendre.

La traction: La traction ici est pour accommoder – marchez sur des coquilles d'oeufs, faites-le juste, emballez la voiture, levez-vous à 4:30, sortez à la porte à l'heure, et John ira bien. Ou repoussez – retournez chez votre mère à propos des vêtements, ou chez John pour vous avoir emmené en courant, et passez tout le voyage ou la visite dans un silence irritable.

Le problème de modèle: Le logement est un autre qui devient le tranquillisant – ça marche, mais ça va empirer. Ou claquer en arrière avec des sentiments blessés, ils vous blâment, pensant que vous êtes trop sensible ou rigide; vous vous sentez microgéré, traité comme un enfant et accumulant du ressentiment.

Briser les schémas

Nous sommes à la recherche d'un terrain d'entente entre ces deux types de F-vous et le logement, le faire-trop-beaucoup et ne pas-faire-quoi que ce soit du tout. Voici comment faire de l'aide d'une meilleure manière:

Décidez de vos propres limites. Ce que cela signifie, c'est que vous décidiez et décidiez à l'avance ce que vous êtes et ne voulez pas faire dans ces situations – pas par peur et anxiété, mais en tant qu'adulte avec vos propres valeurs et vision. Avant que le projet scientifique ne commence à tourner au coin de la rue (ou une tâche de math horrible), avant de frapper à la porte, la mère qui vient, décide de ce que vous voulez et ne voulez pas faire, dans votre cœur. et le cerveau rationnel.

Cela peut signifier que vous allez parler à l'enseignant des difficultés de Matt à faire ses devoirs et voir si elle peut intervenir et vous en sortir; ou non, ça ne vous dérange pas de l'aider à le planifier une fois qu'il a une idée. Vous pouvez décider que c'est bien de répondre aux questions de votre supervisée parce que vous savez qu'elle finira par s'installer et que vous voulez être considérée comme fiable; ou non, vous n'êtes pas bien du tout et devez fixer des limites. Ou vous pouvez réaliser en tant que partenaire compatissant que John ne voyage pas bien, ou que votre mère est juste qui elle est et vous n'avez pas besoin de faire des histoires à propos de ses commentaires; ou vous faites.

Le but est d'arrêter de se sentir comme une victime ou un martyr, et cela vient de la clarification de ses propres limites.

Etre pro-actif. L'autre raison pour laquelle vous vous sentez frustré et comme une victime ou un martyr est que vous êtes constamment en mode réactif, avec eux qui viennent toujours à vous. L'antidote à cela est que vous soyez proactif – attaquez plutôt que défendez. À l'heure actuelle, Matt, Sara, John et votre mère contrôlent le processus. L'objectif intermédiaire ici n'est pas votre chemin ou leur chemin (le contenu, le quoi), mais vous contrôlez le processus (le comment).

Qu'est-ce que cela se traduit par aider vos termes, pas les leurs. Cela vous donne non seulement plus de contrôle, mais les aide également à gérer leur anxiété avant qu'elle n'atteigne le niveau où il est trop difficile pour eux de le contrôler. C'est là que vous vous assistez à Sara dès le matin avant que son anxiété ne monte à propos de toutes les questions qu'elle peut avoir – vous allez à elle plutôt que de venir à vous. C'est là que vous demandez à Matt dimanche s'il s'inquiète de quoi que ce soit à l'école la semaine prochaine. Vous offrez du soutien avant qu'il ne soit nécessaire, et votre aide contribue à réduire leurs angoisses.

Soyez préemptif. C'est une extension d'être proactif. Ici, vous parlez à Matt ou à son professeur des projets scientifiques à venir de Matt avant qu'ils n'atteignent son radar émotionnel, ou vous parlez du voyage et de la façon dont vous envisagez cela avant que John ne se soit déjà solidifié sur son propre plan. Ici, vous parlez à Sara de la façon dont vous menez la supervision et de l'attente des questions et de les amener à vos sessions de supervision.

En étant préemptif, vous avez de nouveau un certain contrôle tout en étant sensible. Mais un avantage supplémentaire est qu'il permet de contrôler les gens d'être facilement ébranlé. Des gens comme John ou ta mère ont tendance à avoir une vision claire de ce qu'ils pensent devoir se passer et se fâcher lorsque ces attentes ne sont pas satisfaites. En discutant longuement avec John du voyage ou des nouvelles idées sur lesquelles vous avez réfléchi, il a le temps de traiter la nouvelle information et d'ajuster sa façon de penser. Faites de même pour votre mère – faites-lui savoir ce qui se passera pour la fête d'anniversaire de l'enfant afin qu'elle ne soit pas ébranlée quand ses attentes ne sont pas satisfaites.

Parlez de l'anxiété . Il est utile de parler de l'éléphant dans la pièce. Ici vous avez un séparé, non-St. Louis, une conversation sur le fait que John semble s'inquiéter des voyages en voiture, ou que Matt semble facilement submergé par certains de ses travaux scolaires, ou que ta mère semble s'inquiéter de ton apparence. Vous voulez soulever cette question quand vous êtes calme, mais vous voulez aussi parler de la tendance générale – le travail scolaire, le flottement du voyage, la microgestion de votre mère – et de votre inquiétude à propos de ce que vous voyez comme anxiété et inquiétude. Vous voulez également approfondir la conversation et comprendre ce qui est en dessous de leurs préoccupations.

Le point ici est d'aider l'autre personne à voir ce qu'elle ne peut souvent pas faire – que son anxiété est ce qui motive ses actions et sa pensée, et qu'il y a un problème plus vaste que vous voulez aider.

Résolvez le problème, définissez des lignes de fond. Enfin, s'il y a un problème qui persiste, vous avez besoin de zéro dans le problème de relation lui-même. Bien que vous réalisiez, vous dites à John, qu'il s'inquiète des voyages, vous avez besoin qu'il soit moins rigide et irritable – que vous proposiez de conduire, ou soyez responsable de faire savoir aux autres si vous êtes peut-être en retard, mais c'est dois arrêter. Que vous disiez à Sara que vous craignez qu'elle soit facilement submergée, que cela doit être terriblement épuisant pour elle, mais vous voulez qu'elle écrive ses questions et les amène à vos sessions de supervision, plutôt que de frapper à votre porte. Vous dites à votre mère que même si vous savez qu'elle s'inquiète des vêtements ou des enfants, qu'elle s'inquiète de ce que les autres pourraient penser ou de la santé de l'enfant, vous êtes une adulte, fière de la personne qu'elle vous a aidé à devenir Je veux absolument qu'elle arrête de faire ses commentaires.

Le défi ici n'est pas de reproduire le problème – vous ne voulez pas être comme la microgestion de votre mère comme elle est pour vous, ou aussi rigide avec John qu'il peut l'être. Stick à 2-3 choses, pas 20-30, afin de mieux faire valoir votre point de vue.

Et attendez-vous qu'ils ne seront pas heureux si vous prenez position ferme. Ils peuvent monter en flèche et devenir plus anxieux, ou essayer de vous faire sentir coupable, ou se mettre en colère et sur la défensive. C'est à prévoir et d'accord. Ils font cela parce que vous avez rompu le modèle et leur anxiété a augmenté. Calmez votre terre.

Bien que cela puisse sembler beaucoup à faire, le chemin est clair: soyez proactif, ayez votre propre plan, parlez, résolvez les problèmes. Ne sois pas la victime, le martyr.

Soyez l'adulte attentionné.

  • Avoir des liens sociaux est la meilleure façon d'optimiser votre santé
  • Le pouvoir de l'émotion
  • Uh-0h, c'est encore cette fois!
  • Les narcissiques peuvent-ils changer?
  • Stress et votre coeur
  • Laisser votre corps être votre guide
  • Décision précoce et admission au collège: attendre est difficile
  • Notre modèle médical de soins peut-il être refait?
  • Le problème de la peur
  • Faire face à la maladie chronique et la douleur? Le conseil n ° 1 que j'ai trouvé
  • L'évolution des données probantes sur l'obésité chez les enfants
  • Endormi au volant
  • Être religieux nous rend-il heureux?
  • 10 000 étapes simples pour une meilleure mémoire: Faites une promenade
  • À quoi s'attendre pendant l'hospitalisation psychiatrique
  • Le deuil compliqué est compliqué
  • L'agression sexuelle est à propos de la puissance
  • Revenez sur l'hélicoptère
  • Addendum à la curiosité
  • Le boom de la santé mentale
  • Les médias sociaux à blâmer pour la montée du narcissisme?
  • Bienvenue à Misery!
  • Moins de mariages, moins de bébés, pas de merveille!
  • Vous êtes tous grandi
  • Quand trop c'est trop
  • 4 façons d'arrêter de mettre votre joie en attente
  • Vœux mensongers
  • Derrière le livre: écrire sur les soins psychiatriques forcés
  • Éthique diagnostique: effets néfastes / avantages, trouble des symptômes somatiques
  • 10 puzzles pour tester votre pensée de plusieurs façons
  • 7 secrets pour une relation réussie
  • Douleur chronique contre le cerveau: Et le perdant est ...
  • Pourquoi la poursuite du bonheur vous rend malheureux
  • Marcher sur la marche de la maladie mentale
  • Pour les enfants souffrant de douleur, fréquenter l'école peut aider
  • Trouver l'information de santé dont vous avez besoin sur Internet