Exercice pendant la grossesse favorise le développement du cerveau du nourrisson

Si vous vous souvenez d'Elvis Presley dans The Ed Sullivan Show, vous vous souvenez peut-être des conseils que les médecins donnaient aux femmes enceintes à ce moment-là: gardez vos pieds, asseyez-vous et couchez-vous autant que possible. La grossesse dans les années 1950 n'était pas le moment de faire de longues promenades sur la plage.

Si vous vous rappelez les Beatles sur ce même spectacle, alors vous vous souvenez quand les temps ont changé, et les cours d'exercices prénataux pour les futures mamans commencent à germer comme des pissenlits en mai. Qu'est-ce qui a changé et pourquoi?

La réponse simple est que les médecins ont appris par l'expérience que les mamans actives sont des mères en meilleure santé qui ont des bébés en meilleure santé. Bien que personne ne suggère que les femmes enceintes prennent de l'haltérophilie, le conseil est devenu: «Continuez à faire ce que vous faites régulièrement … mais si vous ne faites pas d'exercice, c'est le bon moment pour commencer.

Aujourd'hui, de nombreuses femmes enceintes suivent ce conseil, prenant pour acquis que l'exercice est bon. «Être sédentaire augmente les risques de souffrir de complications pendant la grossesse, mais être actif peut faciliter le rétablissement post-partum, rendre la grossesse plus confortable et réduire le risque d'obésité chez les enfants», explique Daniel Curnier de l'Université de Montréal.

Mais les avantages ne s'arrêtent pas là. Au congrès Neuroscience 2013 de San Diego, le week-end dernier, des chercheurs de l'Université de Montréal et son hôpital pour enfants CHU Sainte-Justine ont rapporté les résultats d'une étude randomisée et contrôlée sur les effets de l'exercice maternel sur le développement cérébral d'un enfant.

L'équipe assignait au hasard des femmes enceintes (au début du deuxième trimestre) à un groupe d'exercice ou à un groupe sédentaire. Les femmes du groupe d'exercice ont effectué au moins 20 minutes d'exercice cardiovasculaire trois fois par semaine à intensité modérée, ce qui devrait entraîner au moins un léger essoufflement. Les femmes du groupe sédentaire n'exercent pas.

De 8 à 12 jours après la naissance, les bébés de ces femmes avaient des EEG, qui enregistrent l'activité électrique dans le cerveau. "Nous avons utilisé 124 électrodes souples placées sur la tête de l'enfant et attendu que l'enfant s'endorme sur les genoux de sa mère. Nous avons ensuite mesuré la mémoire auditive au moyen de la réponse inconsciente du cerveau à des sons répétés et nouveaux », explique la chercheuse Elise Labonté-LeMoyne.

Les tracés de l'EEG ont révélé que les bébés nés de mères physiquement actives avaient une activation cérébrale plus mature, c'est-à-dire que leur cerveau s'était développé plus rapidement. "Notre recherche indique que l'exercice pendant la grossesse améliore le développement du cerveau du nouveau-né. Fondamentalement, c'est les mêmes avantages que les adultes tirent de leur propre exercice », explique Dave Ellemberg, qui a dirigé l'étude.

L'activité cérébrale est plus localisée chez les bébés nés de mères actives (à gauche). Les cerveaux des bébés sont plus matures et plus efficaces.

Alors que des résultats similaires ont émergé des études sur les animaux, l'équipe de Montréal dit que leur est le premier essai contrôlé randomisé chez les humains à mesurer objectivement l'impact de l'exercice pendant la grossesse sur le cerveau du nouveau-né. Les chercheurs évaluent maintenant le développement cognitif, moteur et langagier des enfants à l'âge d'un an pour déterminer si les différences persistent.

"C'est un merveilleux outil de motivation pour les femmes enceintes qui ont besoin de cette poussée supplémentaire pour faire de l'exercice. Ils peuvent stimuler le cerveau de leur bébé en faisant seulement 20 minutes d'exercice aérobique modéré trois fois par semaine (ce qui peut être aussi simple que de marcher au troisième trimestre) », explique Labonté-LeMoyne.

À propos des chercheurs

Elise Labonté -LeMoyne

Dave Ellemberg, Ph.D. et Daniel Curnier, Ph.D., sont professeurs au Département de kinésiologie de l'Université de Montréal. Elise Labonté-LeMoyne est un Ph.D. candidat dans le même département. Ellemberg est également affiliée au Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. L'Université de Montréal est officiellement connue sous le nom d'Université de Montréal.

  • Les annonceurs souffrent encore de la «myopie morale»
  • Dans la nutrition, où la science s'arrête-t-elle et où la fantaisie commence-t-elle?
  • Ne mangez rien de plus grand que votre tête et 5 autres règles de santé à vivre par
  • Ne croyez pas tout ce que vous lisez
  • 5 façons de vous protéger de la principale cause de la mort
  • Les arguments en faveur de l'investissement dans la santé mentale au travail
  • Comment parler aux enfants de leur faim, de leur alimentation et de leur corps
  • 10 conseils de nutrition fabuleux que j'ai appris du Dr Andrew Weil
  • Enfants utilisant des smartphones
  • Arthrite et obésité
  • Lombalgie sur la planète Terre
  • L'inégalité économique est le coupable
  • Le paradoxe du dieter: quand plus on a envie de moins
  • Travailler des heures supplémentaires peut augmenter le risque d'obésité
  • Suis-je normal? Oui, mais vous êtes toujours en surpoids.
  • Pour une bonne santé; Dites "Fromage", s'il vous plaît!
  • Sommes-nous en train de mal nutrition?
  • Battre le stress
  • Les problèmes de sommeil sont-ils la prochaine crise mondiale de la santé?
  • Le besoin visible ne s'applique pas
  • Pour une personne âgée, Elfe en surpoids, le Père Noël prend soin de lui-même
  • 6 façons d'obtenir plus de sommeil
  • "Je n'ai pas la bande passante pour ça"
  • Guerre du maire Bloomberg sur Big Soda-Nanny Etat?
  • "Pas de restriction de l'IMC eau blanche pour les participants au jamboree"
  • Le paradoxe de l'obésité: repenser ce que nous croyions que nous savions
  • TDAH et sucre raffiné
  • Pourquoi les campagnes anti-harcèlement actuelles seront infructueuses, mais pourraient être améliorées!
  • Comment avoir "The Talk" avec votre fille
  • Notre appétit pour la banalité psychologique
  • Le régime et l'exercice ne résoudront pas l'obésité
  • Aider les enfants victimes d'abus sexuels
  • Le paradoxe du dieter: quand plus on a envie de moins
  • Comprendre l'anxiété chez les adolescentes
  • Les États malades d'Amérique
  • Le travail de bureau peut-il contribuer à l'obésité?