Je ne peux pas lire dans ton esprit mais j’ai besoin de connaître ton cœur

La souffrance de Marianne était extrême, créant un désespoir qu’elle avait honte de partager

Triocean/Shutterstock

Source: Triocean / Shutterstock

Anastasia, six livres onces, est née 36 heures après que sa mère, Marianne, eut appris que sa propre mère était décédée subitement d’une maladie circulatoire non diagnostiquée. Le choc a provoqué le début du travail, trois semaines avant la fin du terme. Le bébé a été forcé de rester à l’hôpital pendant cinq jours après l’accouchement en raison d’un nombre élevé de bilirubine. Elle a reçu un traitement aux ultraviolets et, le sixième jour, le Docteur Mellandio, le principal obstétricien de l’hôpital, a donné son accord pour sa libération. Quand le médecin a dit: «Tout est parfait maintenant», Marianne fondit en larmes. La perte de sa mère amplifie la dépression postpartum qui s’est installée.

Le mari de Marianne, Patrick, l’avait accompagnée tout au long de son séjour à l’hôpital, tout comme il l’avait été lors de la naissance de leur premier enfant, Ryan. Ils étaient mariés depuis quatre ans et étaient dans la trentaine. Le couple avait préparé une crèche décorée d’illustrations découpées en rose représentant des animaux souriants et des formes colorées. Celles-ci étaient suspendues aux murs et semblaient se moquer de l’expression molle et grise de Marianne. Son appétit disparut et son sommeil fut agité. Elle resta assise près de la fenêtre pendant des heures, balançant son nouveau-né et sanglotant par intermittence.

Quelques mois plus tard, lors de leur première séance de couple, Marianne a déclaré: «Je n’ai jamais rien vu de tel ou imaginé. Je me sentais si seul. J’ai fait de mon mieux pour contacter Patrick, mais il était inconscient, préoccupé par autre chose.

Patrick a expliqué qu’à son retour de l’hôpital, il savait que Marianne était «ailleurs»: «J’ai gardé le fort pendant qu’elle se remettait, faisant tout pour qu’elle puisse guérir.» Il a ensuite expliqué comment il avait acheté, cuisiné, nettoyé , blanchi et assisté à Ryan. Il imaginait qu’il s’occupait de sa femme avec le genre de soins qu’il espérait recevoir d’elle s’il était dans le besoin. Ce qu’il n’a pas pris en compte, c’est la question de savoir si c’est le genre de soin qu’elle attend de lui.

Il estimait qu’il était de son devoir de résoudre les problèmes en adoptant des solutions et non des questions. S’interroger sur ses solutions lui semblait inutile. Mais Marianne a exposé les raisons pour lesquelles elle s’était sentie abandonnée et trahie par lui. Il ne lui était jamais venu à l’esprit qu’elle pouvait se sentir négligée par son attention particulière aux détails des soins qu’il lui prodiguait.

La souffrance de Marianne était extrême. cela dépassait tout ce qu’elle avait ressenti auparavant. Cela a créé un désespoir qu’elle avait honte de partager. Elle craignait que son besoin ne la rende faible pour Patrick. Et elle était gênée de le lui faire savoir. Plus il prenait de temps à fournir le soutien dont elle avait vraiment besoin – peu importe ce qu’il faisait d’autre – plus son ressentiment grandissait, et elle se sentait de plus en plus isolée et désespérée.

Alors que la dépression continuait, son humeur jetait une ombre de désapprobation sur leurs interactions. Il a répondu en évitant les conversations sur les sentiments. L’amertume imprégnait tout ce qu’ils faisaient ensemble. Les réponses de Patrick devinrent plus nettes et plus caustiques jusqu’à ce qu’elles se chamaillent constamment. C’est comme ça quand ils se sont présentés à mon bureau pour travailler sur leur relation.

Marianne a partagé un rêve qu’elle avait eu la veille de leur première session. Elle a déclaré: «Je rêvais que j’étais une espèce de poisson mi-poisson, mi-humain, semblable à une sirène, nageant dans un immense réservoir en verre. Le verre était vert clair, comme une vieille bouteille de Coca-Cola en verre, et il donnait à tout une sorte de teinte maladive. J’étais dans quelque chose comme l’aquarium de Coney Island, où il y avait des requins et d’autres créatures de l’océan dans d’autres grands aquariums. J’étais exposée et les gens affluaient, certains pointant du doigt et restés bouche bée, mais la plupart me regardaient, puis passaient à autre chose. À l’extérieur du verre, j’ai vu la bouche des gens bouger, mais je n’ai rien entendu. Le temps passa au ralenti, je nageais en cercles jusqu’au verre, puis tournais brusquement, faisant des va-et-vient entre les parois du réservoir, un peu comme si je faisais les cent pas dans l’eau. À un moment, j’ai essayé de crier et des bulles sont sorties de ma bouche mais pas de mots. Personne n’a remarqué. Puis j’ai repéré Patrick. J’ai enfoncé le verre pour attirer son attention. Il a regardé vers moi, puis s’est détourné. Il était préoccupé par quelque chose. Il ne me cherchait pas et n’avait pas suivi ce qui aurait pu m’arriver. J’étais abasourdi et terrifié par ma métamorphose, mais il ne semblait même pas curieux. J’ai alors réalisé que le réservoir était rempli de mes larmes. D’une manière ou d’une autre, j’ai réalisé que plus je pleurais, plus il était impossible d’être libre. Et puis je me suis réveillé avec un sentiment très en colère. ”

La signification du rêve me paraissait claire, mais Patrick lui accordait peu d’importance: «C’est intéressant, bien sûr. Mais c’est un rêve. Ce n’est pas la réalité. ”

J’ai répondu: «Ce n’est certainement pas la réalité. Marianne n’est pas une sirène et vous n’êtes pas passé près d’un tank où elle était exposée. Mais que se passe-t-il si nous envisageons la possibilité qu’il y ait un message dans le rêve qui pourrait transmettre ses sentiments intérieurs d’une manière qui pourrait être utile? Pensez-vous qu’une conversation sur le rêve pourrait aider Marianne à dissiper ses sentiments et pourrait vous aider à mieux comprendre l’autre?

Patrick a dit: «Peut-être, mais pourquoi utiliser un rêve? Pourquoi ne peut-elle pas juste dire ce qu’elle veut dire?

Marianne s’est tournée vers Patrick et a déclaré: «Je réalise que vous vous occupez de toutes les tâches ménagères autour de l’appartement et c’est quelque chose. Mais ce que je voulais et ce que je voulais, c’est que vous veniez à moi, siégiez avec moi, me parliez, demandez-moi ce que je vivais, exigiez de moi des détails et aidez-moi à comprendre que les choses iraient mieux. Je me sentais sans espoir et je voulais votre soutien pour retrouver votre espoir. Le rêve me montre dans une cage, comme une prison. C’est ce que j’ai ressenti. Vous n’avez jamais semblé avoir ça. J’étais totalement seul dans cela. Je voulais et j’avais besoin de toi pour m’attirer dehors et me laisser te dire à quel point je me sentais perdu et seul. Une fois que j’ai su que vous pouviez comprendre où j’étais, je ne me sentais plus aussi perdue, sachant que vous aviez fait tout ce chemin pour me rejoindre. Ce serait la seule façon pour moi de me sentir moins perdu et seul. Au lieu de cela, je l’ai traversé par moi-même. Tu es resté loin de moi, passant tout ton temps à faire des tâches ménagères. Tu ne m’as jamais approché avec émotion, et ça m’a fait me sentir comme un lépreux.

Patrick semblait ému en entendant cela. «Je suis désolé de ne pas avoir compris cela plus tôt. Je ne veux pas que vous ressentiez cela. Pas du tout. J’ai déployé beaucoup d’efforts pour essayer de vous aider à vous sentir soigné. Ce n’est pas ce que je voulais. Vous voyez ça? »Patrick avait commencé à se déchirer. Il avait l’air très mal à l’aise et posa ses mains sur ses yeux et se pencha en avant pour dissimuler le fait qu’il pleurait.

Ce fut au tour de Marianne de se ramollir. Il restait encore beaucoup de conversation à traiter, mais ce moment décisif a permis à chaque partenaire de sentir qu’il était possible de travailler sur la relation, que la guérison était une possibilité.

Un aspect crucial de la communication implique souvent l’écoute de ce qui n’est pas dit. Je ne parle pas de la lecture de l’esprit. Je parle de connaître suffisamment votre partenaire pour que, dans certaines situations, vous puissiez «remplir le vide» et procéder à une évaluation précise de leurs besoins, tout en gardant à l’esprit qu’ils ne seront peut-être pas en mesure de l’exprimer eux-mêmes. .

Je me réjouis des questions de commentaires et autres. Avez-vous une idée de l’endroit où je me dirige ici? Faites le moi savoir! La personne qui se rapproche le plus de la marque recevra une copie de mes deux livres actuels.

Solutions Collecting From Web of "Je ne peux pas lire dans ton esprit mais j’ai besoin de connaître ton cœur"