La crédulité du narcissique: ce que vous devez savoir

Les défenses égoïstes du narcissique peuvent finir par les rendre sans défense.

Michelangelo Caravaggio/Wikipedia Commons

Source: Michelangelo Caravaggio / Wikipedia Commons

C’est suprêmement ironique. Les narcissiques sont connus pour avoir manipulé sans pitié les autres afin d’avoir un avantage stratégique sur eux. Pourtant, ils sont exceptionnellement vulnérables à se faire duper eux-mêmes à cause de leurs défenses psychologiques puissantes qui, si elles sont reconnues, peuvent être vigoureusement utilisées contre elles.

Pour adapter une expression commune: “Plus ils sont grands, plus ils tombent.”

Le DSM-5, le manuel standard de diagnostic des troubles mentaux et émotionnels, énumère neuf critères permettant de déterminer si une personne est atteinte de ce trouble grave. Et cet article montrera comment pratiquement tous ces critères suggèrent indirectement la curieuse susceptibilité des narcissiques pathologiques à la manipulation des autres. Pour que la structure de caractère du narcissique soit restreinte de manière rigide, leur «faux soi» fabriqué, surdimensionné, nécessite encore l’aide d’autrui pour rester (bien qu’artiquement) gonflé en toute sécurité. Et aussi astucieux et intrigant qu’ils puissent être, ils ne sont pas dépourvus d’énormes angles morts. Paradoxalement, leurs défenses mêmes peuvent les rendre sans défense face à quiconque désirant utiliser leur armure auto-protectrice contre eux. Et d’une manière constitutionnelle, ils pourraient ne pas être en mesure de détecter jusqu’à ce que ce soit trop tard.

Commençons donc par explorer la vue d’introduction de l’oiseau du narcissisme pathologique de DSM. Car tout ci-dessous découlera de cette description épineuse:

Une tendance omniprésente (dans la fantaisie ou le comportement), le besoin d’admiration et le manque d’empathie.

En lisant entre les lignes, cette caractérisation révèle que, pour se sentir stable et en sécurité, le sentiment de supériorité auto-agrandissante du narcissique dépend de la confirmation constante des autres. Et ce besoin de faire valider leur prétendue gloire des 5 étoiles est précisément ce qui les rend dépendants des autres, ce qui les rend vulnérables à ceux qui, calculativement, corroboreraient leur «particularité» – mais seulement pour atteindre leurs propres fins. En outre, bien souvent, ces finalités ne sont rien d’autre que de se venger du narcissique qui, par le passé, les a exploitées sans ménagement et, ce faisant, leur a laissé de puissants sentiments de colère et de ressentiment.

Après avoir été profité et objectivement objectivé, ces victimes se sont senties non seulement exploitées, mais aussi rabaissées, insultées, voire humiliées, et cela à cause du manque d’empathie flagrant du narcissique. Donc, dans le plus simple des termes, la vue sommaire de DSM des qualités narcissiques les plus distinctives suggère la dynamique interpersonnelle qui explique comment les manipulations du narcissique peuvent mener aux contre- manipulations de représailles de leurs victimes.

Avant d’aller plus loin, il est important d’expliquer ce phénomène sur la base de ce que la théorie psychanalytique qualifie d ‘«offre narcissique» – sur laquelle tous les narcissiques malins doivent compter pour remplir le vide rongeur qui réside en eux. Émotionnellement déconnectés des autres, les narcissiques ne peuvent valoriser personne indépendamment de la manière dont ils pourraient répondre aux exigences de leur ego, qui sont insatiables. Ils sont donc destinés à poursuivre les autres, mais seulement dans la mesure où ils peuvent «approvisionner» le narcissique avec l’attention, l’affirmation, l’admiration, la louange et le respect dont ils ont besoin. Car ce n’est qu’alors que le narcissique pourra rester en sécurité, quel que soit son ancien doute sur sa valeur fondamentale.

C’est-à-dire que la plupart des narcissiques pathologiques sont secrètement en proie à des déficits d’estime de soi dans l’enfance et à des illusions de grandeur plutôt primitives masquées – ou défendues par un sentiment exagéré de supériorité et de droit. Et ce besoin pour les autres de les admirer, de consolider le fondement faible de leur personnalité soigneusement concoctée, est ce qui les rend finalement si vulnérables aux mots et au comportement des autres. S’ils sont si sensibles et réactifs à tout ce qui ressemble à la critique, c’est à cause de leurs insécurités profondément enracinées. (Et ici, voir mon post Psychology Today : “Le dilemme du narcissique: ils peuvent le ranger, mais…”, 2011.)

Cette dépendance particulière (et généralement pas reconnue) des autres est une constante pour eux et ne peut jamais être pleinement satisfaite. Semblables aux vampires mythiques, leur besoin émotionnel nécessite un apport régulier de sang frais pour les soutenir. Et tout comme ces prédateurs “morts-vivants” doivent dépendre de leurs victimes pour se nourrir, de même les narcissiques cultivent-ils les autres pour renforcer leur image de soi précaire.

Considérons, par exemple, la fréquence à laquelle les narcissiques se vantent de leurs réalisations (supposées) sans précédent et de la manière dont leurs efforts les ont engendrés, alors qu’ils ont généralement bénéficié de toutes sortes d’aide extérieure. Mais les narcissiques détestent partager le crédit de quelque chose ou admettre la dépendance des autres. Cependant, leur confiance extérieure est bien réelle et peut être mise en échec, en particulier par des individus en colère qui se sont sentis exploités sans merci.

Pour dire les choses différemment, si le narcissique a un seul objectif primordial dans la vie, c’est d’atteindre la plus haute image de soi possible, inattaquable. Ils sont donc obligés de s’engager, ou de «s’enrôler», d’autres dans le seul but de les aider à atteindre cet objectif grandiose.

Revenons maintenant aux critères du DSM pour le narcissisme pour approfondir les points déjà soulevés sur la façon dont l’inévitable dépendance des narcissiques à leurs “fournisseurs narcissiques” les rend particulièrement crédules à ceux qui ne peuvent s’empêcher de ressentir le rôle inférieur qu’ils leur attribuent. été relégué.

Le premier repère de DSM tourne autour du «sens grandiose de l’importance de soi» des narcissiques pathologiques. Il souligne comment ces individus perturbés «exagèrent [lire,« sont malhonnêtes à propos de »leurs réalisations et leurs talents. beaucoup plus sur les choses qu’ils ne le font réellement. Comme le dit un auteur (un peu hyperbolique):

Les narcissiques sont souvent crédules, naïfs et incroyablement ignorants de tout ce qui est en dehors de leur cercle étroit d’intérêts. (Ils sont souvent incroyablement ignorants des choses à l’intérieur de leur cercle d’intérêts, car ils ont déjà maîtrisé le sujet et n’ont pas besoin d’étudier davantage ou de suivre de nouveaux développements.). . . Ils prennent des risques car il ne leur arrive pas de perdre, de faire des demandes énormes car il ne leur arrive pas de ne pas avoir le droit de demander certaines choses, de mentir parce que cela ne se produit pas. eux que d’autres personnes pouvaient voir à travers eux. (“Que retenir lorsque l’on traite avec un narcissique”, 31 mai 2016, Issendai.com)

Cette caractérisation suggère comment la confiance en soi des narcissiques l’optimisme, fondé sur leur grandiosité illusoire; présomption injustifiée de droit; et le mensonge sont tous liés à leur incapacité à détecter avec précision les réactions des autres, les rendant ainsi plus susceptibles au rejet, à l’échec et à l’exploitation. Aussi désespérées qu’elles soient, elles peuvent être remarquablement obtuses dans la façon dont elles voient les autres, projetant souvent sur elles des qualités qu’elles ne peuvent se laisser reconnaître. Et cette myopie frappante peut mener à des refoulements qu’ils n’anticiperont jamais.

Complétant le 1er critère du DSM pour le narcissisme, le 2ème prolonge leur pensée grandiose en contribuant à leur crédulité: “[Le narcissique] est préoccupé par des fantasmes de succès illimité, de puissance, de brillance, de beauté ou d’amour idéal”.

De telles imaginations grandiloquentes placent le narcissique dans une ultime trahison par une réalité beaucoup plus dure que leurs fantasmes auto-agrandissants. Auteur, professeur et narcissique avoué, Sam Vaknin, Ph.D., a écrit un livre fondateur sur le narcissisme. Intitulé Malin Self-Love: Narcissism Revisited (2001), cet ouvrage se distingue par ses nombreuses idées “internes”. Peut-être exagéré dans certaines de ses affirmations, il dépeint néanmoins ce trouble de la personnalité d’une manière que la plupart des lecteurs peuvent expérimenter avec facilité.

Voici ce que Vaknin a à dire sur les fantasmes personnalisés (encore aveuglants) des narcissiques, qui les rendent susceptibles d’être manoeuvrés, hors stratégie, ou d’être arnaqués de manière flagrante:

Les narcissiques vivent dans une terre fantastique où ils sont le centre de l’univers, admirés, craints, impressionnés et respectés pour leur toute-puissance et leur omniscience. . . . Les narcissiques sont sujets à la pensée magique. Ils se tiennent à l’abri des conséquences de leurs actes (ou de leur inaction) et, par conséquent, au-delà de la punition et des lois de l’homme. Les narcissiques sont facilement persuadés d’assumer des risques déraisonnables et d’attendre des miracles. Ils se retrouvent souvent à la fin des escroqueries, par exemple. . . . Le narcissique croit qu’il est destiné à la grandeur, ou du moins à la vie facile. Il se réveille tous les matins prêt pour un coup de chance fortuit. Cela explique les comportements imprudents du narcissique et son manque de discipline paresseux. Cela explique aussi pourquoi il est si facilement dupé .

Notez comment ces observations astucieuses sont liées au 5ème critère de DSM: “Les narcissiques ont un sens du droit, c’est-à-dire des attentes déraisonnables d’un traitement particulièrement favorable ou un respect automatique de leurs attentes”.

Car, comme le note Vaknin:

Les narcissiques ont le droit à l’argent, au pouvoir et aux honneurs sans commune mesure avec leurs accomplissements ou leurs efforts. [Ils pensent] que le monde leur doit une existence sans problème, exaltée et luxueuse. [Donc] ils sont brutalement choqués quand ils sont pénalisés pour leur inconduite ou quand leurs fantasmes restent justes.

En bref, le sens général du droit des narcissiques est rarement soutenu par le reste du monde. Par conséquent, leur perception de soi pompeusement déformée est à tout moment sujette à être brisée. Aussi énergiques qu’elles s’efforcent de se convaincre, elles ne sont ni au-dessus des lois ni du tribunal de l’opinion publique. Considérez cette citation célèbre d’Abraham Lincoln:

Vous pouvez tromper tout le monde de temps en temps, et certaines personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.

En ce qui concerne le 3ème critère de DSM – “[Le narcissique] croit qu’il ou elle est” spécial “et unique et ne peut être compris que par d’autres personnes spéciales ou de haut rang, ou doit s’y associer” difficile de se faire valoir par des individus de haut rang afin de maintenir leur autoévaluation faussement élevée “ancrée” dans la réalité. Pourtant, juste en dessous de la surface, ce qui est révélé ici (comme je l’ai suggéré dans un article du PT de 2013) «un degré d’insécurité largement supérieur à tout ce qu’ils pourraient vouloir avouer» (6 signes de narcissisme que vous ne connaissez pas).

Et ces déficits d’estime de soi sont liés au 4ème critère de DSM: le narcissique “exige une admiration excessive”. Évidemment, plus la position de la personne qui les admire est grande, plus cette adulation sera significative pour eux. Si les narcissiques pêchent si souvent des compliments – idéalement, de ceux qui ont un statut élevé, ou qui semblent refléter le succès, la puissance, la brillance ou la beauté dont ils ont eux-mêmes envie -, ils se rendent d’autant plus vulnérables , mais seulement pour servir leurs propres objectifs.

Ces autres enviés, présentant souvent des traits narcissiques eux-mêmes, «jouent» de la fierté exagérée du narcissique, de sorte que, de manière pivotante, ils peuvent utiliser les défenses du narcissique contre eux. De plus, l’égocentrisme des narcissiques, ou la vanité, peut les rendre aveugles aux intérêts personnels des autres. Et dans leur vision en tunnel, ils peuvent ne pas être en mesure de détecter que leurs amis perçus les utilisent réellement. (Car le narcissique est si exclusivement concentré sur la façon dont il peut les utiliser.)

On ne saurait trop insister sur le fait que les narcissiques, incapables de combler eux-mêmes leur vide, doivent continuellement trouver des «fournisseurs» pour compenser leur vide chronique. Et parce que l’ auto- validation authentique est bien au-delà de leurs capacités, ils courent constamment le risque d’être exploités (et surtout par leurs collègues narcissiques, qui les utiliseraient comme fournitures narcissiques!).

Plus que toute autre chose, c’est peut-être le manque de compassion extraordinaire du narcissique qui pousse les autres, qu’ils se protègent d’eux-mêmes ou en représailles, à tirer parti de leur crédulité. Comme le décrit le 7ème critère de DSM, le narcissique “manque d’empathie: est [incapable ou] réticent à reconnaître ou à s’identifier aux sentiments et aux besoins des autres”. Et ce critère rejoint étroitement deux autres, l’oppression interpersonnelle du narcissique et attitude hautaine.

En bref, les narcissiques inspirent souvent leurs victimes à la vindicte. Au fil du temps, ceux qu’ils ont blessés, offensés, insultés, provoqués ou indignés ont appris que le meilleur moyen de se venger de la cruauté de ces maîtres manipulateurs est soit 1) d’exploiter au maximum leur besoin éternel. recommandé, aspiré ou acclamé; ou (2) les inciter à devenir tellement hors de contrôle qu’ils sont amenés à dire ou à faire quelque chose de ruineux pour leur bien-être. En ce qui concerne ces derniers, lorsque les narcissiques sont «absorbés» par leur émotion unique, la plus auto-sabotante, c’est-à-dire que leur rage prédominante, leur jugement est sérieusement compromis, les rendant totalement incapables de considérer les conséquences de déchaîner leur fureur.

C’est précisément parce qu’ils se sont tellement abusés que, comme Vaknin le dit succinctement: «Les narcissiques attirent les abus». Et en développant ce point rudimentaire, il ajoute:

Haughty, exploitant, exigeant, insensible et querelleur, ils ont tendance à attirer l’opprobre et à provoquer la colère et même la haine. Manquant cruellement de compétences interpersonnelles, dépourvues d’empathie et imprégnées de fantasmes grandioses, elles échouent invariablement à atténuer l’irritation et la révolte qu’elles induisent chez les autres.

Peut-être l’ironie ultime est que les narcissiques, aussi sang-froid qu’ils le sont en objectivant les autres, sont gouvernés par une émotion prépondérante (déjà mentionnée), qui constitue la pierre angulaire de leurs diverses défenses. Et c’est leur colère presque réflexive, qui les rend finalement moins vulnérables aux autres qu’à eux-mêmes. Très réactifs à la moindre évaluation négative, réelle ou imaginaire, ils peuvent facilement perdre le contrôle de leurs facultés rationnelles. Et c’est ce qui, potentiellement, peut rendre si facile pour les autres d’en prendre le contrôle. Comme l’écrivait déjà l’auteur non identifié décrit cette susceptibilité: «Faites naître un narcissique sur la bouche et [ils] vous diront exactement ce qu’ils font, pourquoi, quand, comment et à qui. C’est mieux que de faire un monologue avec un méchant de Batman »(extrait de« Ce qu’il faut retenir en traitant avec un narcissique »).

C’est-à-dire que tôt ou tard, le filou pourrait bien devenir le piège. Et ceux qui sont brutalement maltraités par le narcissique peuvent enfin se voir refuser la justice – ou la vengeance – plus tôt.

NOTE: J’ai écrit de nombreux articles sur le narcissisme. Voici juste deux (avec des liens) qui complètent étroitement le présent: “Le Catch-22 de traiter avec un narcissique” et “La morsure du vampire: les victimes des narcissiques parlent”.

© 2018 Leon F. Seltzer, Ph.D. Tous les droits sont réservés.

  • Murs, guerres et défilés: Comprendre les leaders narcissiques
  • Les hommes méchants commencent souvent leur vie par «incompris»
  • 7 compétences de conscience de la personnalité pour les 20-Somethings
  • Le papa Borderline
  • Traitez-vous avec un narcissique malin?
  • Que se passe-t-il dans le cerveau d'un homme limite lorsqu'il devient fou?
  • Les composantes de la nécrophilie
  • Peut-on être ami avec un narcissique?
  • Mensonges, manipulations et distorsions
  • Mon compagnon narcissique voulait-il me blesser?
  • La connexion bipolaire-dépendance
  • Que faire si vous refusez de reprendre votre ex narcissique?
  • Ne dites pas que vous êtes «anti-social»
  • Comment repérer une psychopathe
  • La connexion bipolaire-dépendance
  • Peut-on être ami avec un narcissique?
  • Les experts en santé mentale déclarent la nécessité d'évaluer
  • Sentiments forts: Vivre avec un trouble de la personnalité limite
  • Étude du trouble de la personnalité limite observe les familles
  • Mon compagnon narcissique voulait-il me blesser?
  • SLA (maladie de Lou Gehrig) et troubles psychiatriques
  • 31 Chevaliers d'Halloween: «13 fantômes» (partie 2)
  • Reprendre le pouvoir des hommes méchants
  • Traitez-vous avec un narcissique malin?
  • Comment repérer un sociopathe en 3 étapes
  • Psychothérapie unifiée: une introduction et un aperçu
  • Comment la parentalité narcissique affecte les enfants
  • Comment prédire les abus narcissiques
  • Pourquoi votre partenaire narcissique vous blâme-t-il toujours?
  • La connexion bipolaire-dépendance
  • Que faire si vous refusez de reprendre votre ex narcissique?
  • Êtes-vous une cible de blâme pour une personnalité limite?
  • Sentiments forts: Vivre avec un trouble de la personnalité limite
  • Mensonges, manipulations et distorsions
  • Est-il temps de repenser le trouble de la personnalité limite?
  • Que se passe-t-il dans le cerveau d'un homme limite lorsqu'il devient fou?