Lecture des visages

La recherche interculturelle suggère qu'il existe environ une demi-douzaine d'expressions faciales de base chez les humains, telles que le bonheur, la tristesse, la peur, la surprise, la colère et le dégoût. Partout dans le monde, les gens sont très précis pour associer des images d'expressions faciales à ces six étiquettes d'émotion – traduites dans leur langue, bien sûr. À première vue, ces résultats suggèrent une capacité innée à percevoir catégoriquement ces six émotions. Cependant, les critiques affirment que cette capacité est déterminée par les étiquettes que nos langues nous ont données.

Lorsque les gens sont présentés à la place des images d'expressions faciales et invités à nommer l'émotion, les chercheurs trouvent des variations considérables à l'intérieur et entre les cultures. Il y a encore plus de désaccords entre les gens quand on leur demande simplement de juger si deux visages expriment la même émotion ou non. Ces résultats suggèrent que le fait de fournir des étiquettes linguistiques pour les émotions aide à réduire l'incertitude que les gens ressentent en essayant de reconnaître les expressions faciales, en particulier lorsqu'il n'y a pas d'autres indices contextuels disponibles.

Icerko Lýdia / Wikimedia Commons

Basé sur une recherche interculturelle, le psychologue Paul Ekman affirme qu'il existe sept expressions faciales universelles de l'émotion. Pouvez-vous identifier les émotions exprimées dans ces images? (Voir ci-dessous pour les réponses.)

Source: Icerko Lýdia / Wikimedia Commons

Les langues varient dans l'ensemble des mots qu'elles ont pour décrire les émotions. Par exemple, la langue allemande – tout comme l'anglais – a des mots séparés pour «dégoût» et «colère». Cependant, le Yucatec Maya, une langue indigène du Mexique, utilise le même terme pour les deux émotions. Quand les Allemands ont été invités à nommer l'émotion exprimée dans les images des visages, ils ont distingué entre ceux qui montrent de la colère et ceux qui montrent le dégoût, alors que les locuteurs du Yucatec Maya ne l'ont pas fait.

Les chercheurs ont également demandé aux locuteurs Mayas allemands et yucatèques d'effectuer une correspondance différée avec la tâche d'échantillonnage. Dans cette procédure, la personne voit d'abord une image et, après un certain temps, voit deux nouvelles images. La personne indique laquelle est la même que la première.

Les locuteurs Maya allemands et Yucatec ont tous deux obtenu de meilleurs résultats lorsque l'une des images affichait de la colère et l'autre, du dégoût. Ce résultat n'est pas surprenant pour les germanophones, qui peuvent compter sur les étiquettes des linguistes pour les aider à se souvenir. Mais les locuteurs mayas du Yucatec ne pouvaient pas faire cela, pourtant ils distinguaient toujours avec confiance la colère et le dégoût, suggérant que ce sont des catégories innées – ou du moins des catégories apprises sans l'aide d'étiquettes linguistiques.

Tous les psychologues ne sont pas d'accord pour dire que les états émotionnels sont catégoriques. Au lieu de cela, ils soutiennent que les émotions sont construites à partir d'éléments psychologiques plus fondamentaux. Par exemple, les états émotionnels peuvent impliquer des niveaux d'activation élevés ou faibles (alerte v. Fatigué) et un sentiment agréable ou désagréable (triste v. Content). De ce point de vue, l'expérience émotionnelle varie continuellement, mais les étiquettes linguistiques fusionnent ces expériences en différentes catégories.

Wikimedia Commons
Certains psychologues croient que les états émotionnels varient continuellement, en fonction de votre niveau d'excitation et de l'agréable ou désagréable expérience.
Source: Wikimedia Commons

La preuve de personnes qui manquent de mots d'émotion soutient l'idée que la langue au moins aide à la construction de catégories émotionnelles. Dans une étude, les chercheurs ont testé des patients souffrant de démence sémantique. C'est un trouble du cerveau dans lequel les patients ont beaucoup de difficulté à accéder aux significations des mots.

Ces patients et les adultes normalement fonctionnels ont été invités à trier 36 images faciales en autant de piles qu'ils le souhaitaient. Les adultes en bonne santé classaient systématiquement les images en six catégories, représentant les six expressions faciales de la colère, du dégoût, de la peur, de la tristesse, du bonheur et de l'émotion neutre.

Cependant, les patients atteints de démence sémantique ne faisaient que trois catégories, une pour les expressions heureuses, une autre pour les expressions neutres, et une troisième pile qui regroupait la colère, la peur, le dégoût et la tristesse. En d'autres termes, ces patients ne distinguaient les émotions que dans une dimension agréable-neutre-désagréable.

D'autres recherches ont examiné un autre groupe qui n'a pas de mots pour les émotions-bébés. Nous pouvons tester si les bébés peuvent distinguer deux catégories à travers une tâche d'accoutumance. Par exemple, nous pouvons montrer aux bébés des images de visages heureux jusqu'à ce qu'ils s'ennuient et détournent le regard. Nous passons ensuite à des visages tristes, et si les bébés montrent un intérêt renouvelé, nous concluons qu'ils peuvent percevoir la différence entre les expressions émotionnelles heureuses et tristes.

Les nourrissons répondent de la même manière aux patients atteints de démence sémantique. Ils peuvent différencier les expressions émotionnelles agréables, neutres et désagréables, mais ils ne peuvent pas distinguer entre deux émotions désagréables, comme la colère et la peur.

Au fur et à mesure que le vocabulaire des enfants augmente, leur capacité à percevoir des distinctions dans les expressions émotionnelles augmente. Ce n'est que lorsque les enfants ont 3-4 ans qu'ils peuvent distinguer entre la tristesse, la peur et la colère. Cependant, même les enfants de sept ans ont du mal à séparer le dégoût de la colère.

Martin Allaire / Wikimedia Commons
Des recherches supplémentaires suggèrent qu'il peut y avoir des variations culturelles dans les catégories émotionnelles. Quelle émotion pensez-vous que cette femme Himba de Namibie exprime?
Source: Martin Allaire / Wikimedia Commons

Des recherches interculturelles supplémentaires suggèrent que la langue peut avoir une influence sur la perception émotionnelle. Les locuteurs de Herero, une langue parlée en Afrique, ont été invités à faire la même tâche de tri des images que les patients atteints de démence sémantique. Ils ont généralement convenu de ce que les catégories étaient, mais ils ont trié différemment des locuteurs de l'anglais. Ce résultat suggère que les perceptions des personnes sur l'expression émotionnelle sont influencées par leur langue et leur culture.

Dans le cas de la perception des émotions, la relation entre les processus perceptifs innés et les influences linguistiques est complexe. Il semble y avoir des processus perceptifs centraux qui sont biologiquement fondés et donc universels. Cependant, il y a une marge de manœuvre dans les paramètres de ces processus innés pour que le langage ait un effet. En fournissant des étiquettes de catégories sous la forme de mots, notre langue nous guide pour nous occuper de certaines différences et ignorer les autres.

Remarques

Les émotions exprimées dans les sept images sont les suivantes. Rangée du haut: bonheur, tristesse, mépris; rangée du bas: peur, dégoût, colère; extrême droite: surprise.

La femme Himba semble exprimer un sourire de Duchenne, qui soulève les coins de la bouche et forme les pattes d'oie autour des yeux. Le sourire de Duchenne est considéré comme une expression honnête de l'émotion positive. Cependant, des différences subtiles dans les expressions faciales peuvent avoir une signification culturelle.

Les références

Damjanovic, L., Roberson, D., Athanasopoulos, P., Kasai, C., & Dyson, M. (2010). À la recherche du bonheur à travers les cultures. Journal de la cognition et de la culture, 10, 85-107.

Gendron, M., Lindquist, KA, Barsalou, L., et Barrett, LF (2012). Les mots d'émotion forment les percepts d'émotion. Emotion, 12, 314-325.

Lindquist, KA, Satpute, AB, et Gendron, M. (2015). Le langage fait-il plus que communiquer de l'émotion? Directions actuelles dans Psychological Science, 24, 99-108.

Sauter, DA, LeGuen, O., et Haun, DBM (2011). La perception catégorique des expressions faciales émotionnelles ne nécessite pas de catégories lexicales. Emotion, 11, 1479-1483.

David Ludden est l'auteur de La psychologie du langage: une approche intégrée (SAGE Publications).

Solutions Collecting From Web of "Lecture des visages"