Les femmes sont-elles pires que les hommes?

Pourquoi les femmes affichent un comportement agressif au travail

Comportement de la reine des abeilles

Les femmes au travail peuvent avoir le même succès que les hommes, nous le savons. Pourtant, les médias ont tendance à souligner l’inconvénient de voir des femmes jouer dans de tels rôles stéréotypés masculins. Des livres et des films tels que The Devil Wears Prada , des reportages et des résultats de recherche révèlent et mettent en évidence la manière dont les femmes qui réussissent dans différents secteurs manifestent un comportement agressif et intimident leurs collègues, en particulier les autres femmes.

Le terme «comportement de reine des abeilles» est un terme souvent utilisé pour désigner un tel comportement. Il désigne les communautés d’animaux où de nombreux autres travailleurs et travailleuses répondent aux besoins d’une seule femme. Est-ce une analogie valable? Ces femmes intimident-elles les autres pour décourager les concurrents potentiels? Et les femmes au travail sont-elles plus susceptibles de faire cela que les hommes? Au cours des dernières années, nous avons mené un programme de recherche pour examiner ces questions. Voyons ce que dit la preuve.

Que savons-nous de l’intimidation en milieu de travail?

Plusieurs efforts ont été déployés pour analyser ce qu’est l’intimidation en milieu de travail et pour documenter ce que nous savons de son occurrence. Les gens peuvent manifester une agression de plusieurs façons. Voler les idées, les ressources de travail ou les clients d’autres personnes, les intimider pour se conformer aux demandes, ignorer ou critiquer continuellement leurs contributions, ou se moquer de leurs ambitions ou de leurs réalisations est considéré comme un exemple d’agression ou d’intimidation sur le lieu de travail. La survenue de tels comportements nuisibles nuit aux performances, au bien-être et à la santé physique des personnes ciblées. Cela peut également saper la motivation et l’engagement professionnel de ceux qui sont témoins d’un tel comportement sur leur lieu de travail. Même si de tels comportements ne peuvent pas toujours être prévenus, les problèmes deviennent particulièrement problématiques lorsque les cibles ne se sentent pas libres d’affronter l’intimidateur. Par exemple, parce que l’intimidateur est une personne sur laquelle il s’appuie pour obtenir une évaluation favorable ou des opportunités importantes, comme son patron au travail ou son mentor dans une petite communauté de professionnels. La crainte de compromettre ses perspectives professionnelles en affrontant l’intimidateur ou en quittant la situation peut entraîner la persistance de tels schémas de travail dysfonctionnels pendant de nombreuses années.

Les femmes sont-elles plus susceptibles d’intimider que les hommes?

La réponse simple à cette question est «non». La réalité actuelle est que les personnes qui occupent des postes de pouvoir et de contrôle sur les autres sur le lieu de travail sont plus susceptibles d’être des hommes que des femmes. En conséquence, les études révèlent généralement que 60 à 75% des personnes qui intimident les autres sur le lieu de travail sont des hommes, tandis que 60 à 75% des cibles sont des femmes. Cependant, les femmes au pouvoir peuvent aussi agresser ou harceler d’autres femmes qui en dépendent, comme le montrent encore les exemples dans les médias.

Pourquoi les femmes ne se soutiendraient-elles pas?

Si si peu de femmes occupent des postes de pouvoir, pourquoi ne soutiendraient-elles pas d’autres femmes et ne les aideraient-elles pas à réussir? Les femmes sont-elles particulièrement désireuses de décourager et de saper les compétitrices? Des études révèlent que ce n’est pas le cas. Les expériences sur le lieu de travail, et non le genre, peuvent susciter un comportement agressif chez les femmes. En effet, certaines des «femmes intimidantes» indiquent qu’elles ont simplement modelé leur style de leadership agressif sur le comportement que leurs propres mentors leur ont soumis.

Un climat de travail très masculin et agressif constitue un facteur de risque important à cet égard. La combinaison d’un lieu de travail qui n’attend que peu de leadership féminin et de la présence de très peu de dirigeantes qui incarnent l’exception à cette règle crée un environnement particulièrement toxique.

L’évaluation des femmes sur la base des attentes liées au genre plutôt que de leurs mérites et réalisations individuels incite ceux qui tentent de progresser au travail à démontrer qu’ils sont différents des autres femmes. Clarifier de cette manière que le stéréotype de genre ne leur est pas applicable semble une stratégie valable pour que ces femmes puissent garantir leurs propres opportunités de carrière. Cependant, un sous-produit malheureux est qu’il devient encore plus difficile, pour elles aussi, de reconnaître et d’apprécier les contributions et les ambitions d’autres femmes sur le lieu de travail, en particulier celles qui se comportent de manière plus stéréotypée féminine.

Comment empêcher cela?

Différentes études montrent de manière convaincante que les démonstrations de comportements compétitifs et agressifs chez les femmes et leur réticence à soutenir les autres femmes ne reflètent pas une tendance générique de la relation entre les femmes sur le lieu de travail. Au contraire, cela est clairement lié à des expériences discriminatoires sur le lieu de travail, qui traduisent un manque de confiance en leurs capacités professionnelles et un manque de soutien pour les femmes qui aspirent à progresser dans leur carrière.

Pourquoi alors les incidents de harcèlement féminin sont-ils si remarquables et parlent-ils à notre imagination? Et, plus important encore, que peut-on faire pour empêcher cela?

Des études révèlent que les comportements des femmes et des hommes ne diffèrent pas vraiment une fois qu’ils ont atteint des postes de direction. Cependant, les comportements compétitifs et agressifs se distinguent davantage des femmes. Cela semble particulièrement inapproprié compte tenu du stéréotype selon lequel les femmes devraient faire preuve d’empathie, de soin et aider les autres, y compris au travail. Bien qu’un comportement concurrentiel et agressif sur le lieu de travail puisse être plus facilement accepté ou même attendu des hommes, cela ne signifie pas pour autant qu’il ne pose pas de problème.

En fait, des études ont maintes et maintes fois révélé que des conditions de travail très agressives – dans lesquelles les travailleurs sont en concurrence et où un seul type de contribution est valorisé et récompensé – peuvent susciter toute une gamme de comportements problématiques au travail, notamment le harcèlement, le sabotage, tricherie et fraude. Cela nuit au bien-être psychologique, à la santé physique, à la motivation au travail et à la performance des travailleurs, hommes et femmes. La mise en place d’un climat de travail plus coopératif et plus favorable aide à résoudre de tels problèmes. Éviter que les femmes soient exposées à la discrimination fondée sur le sexe sur le lieu de travail est le moyen le plus efficace de prévenir l’intimidation des femmes.

Références

Bartlett, JE et Bartlett, ME (2011). L’intimidation au travail: une revue de la littérature intégrative. Progrès dans le développement des ressources humaines, 13, 69-84.

Derks, B., Van Laar, C. et Ellemers, N. (2016). Le phénomène de la reine des abeilles: Pourquoi les femmes dirigeantes se démarquent-elles des femmes plus jeunes? Le Leadership Quarterly, 27, 456-469.

Ellemers, N., Rink, F., Derks, B. et Ryan, M. (2012). Les femmes haut placées: Quand et pourquoi promouvoir des femmes aux postes les plus élevés peut leur nuire individuellement ou en groupe (et comment éviter cela). Recherche sur le comportement organisationnel, 32, 163-187.

Faniko, K., Ellemers, N., Derks, B. et Lorenzi-Cioldi, F. (2017). Rien ne change vraiment: pourquoi les femmes qui percent le plafond de verre le renforcent. Personnalité et Social Psychology Bulletin, 43, 638-651.

Faniko, K., Ellemers, N. et Derks, B. (2016). Queen Bees et Alpha Males: Les femmes qui réussissent sont-elles plus compétitives que les hommes qui réussissent? European Journal of Social Psychology, 46, 903-913.

Nielsen, M. & Einarsen, S. (2012). Résultats de l’exposition à l’intimidation sur le lieu de travail: examen méta-analytique. Work & Stress, 26, 309-332.

Solutions Collecting From Web of "Les femmes sont-elles pires que les hommes?"