Sur le mal

Le diable est de retour. Donald Trump a récemment dit de Hillary Clinton: "Elle est le diable." Intempérant peut-être? Le président Obama a décrit l'EI comme «une marque de mal» et David Cameron a décrit l'EI comme «une organisation perverse». Le diable, en tant que personnification du mal, n'est pas entièrement nouveau pour le lexique politique. George W. Bush a décrit trois nations entières comme «l'axe du mal». Alors, nous y retournons.

Nous regardons ou écoutons les nouvelles à peu près tous les jours. Cela semble être la plupart du temps mauvais. Si ce n'est pas mauvais, même le mal, ce n'est pas une nouvelle. "Si ça saigne, ça mène" conseillent les éditeurs. Mais les nouvelles soulèvent la question: qu'est-ce que le mal? Et un barrage d'autres questions sur la croyance: Y at-il une telle chose ou force comme mal? Ou juste de mauvaises actions? Y a-t-il des gens mauvais? Ou est-ce que tout est relatif? Juste un point de vue? Personnellement subjectif, culturellement relatif et historiquement contingent, comme disent les post-modernistes.

Certains pensent qu'il n'y a pas de mal, seulement des actions mauvaises (ou peut-être malavisées). Mais si les gens commettent des mauvaises actions, on pourrait les considérer comme mauvais. Mais alors, peut-être qu'ils font aussi de bonnes actions. Il y a donc des degrés de mal et de bonté. Peut-être le bon cœur d'un dé à coudre ou d'un verre ou d'un seau ou d'un pétrolier. Tout le bien, la douceur et la lumière – ou l'inverse. Les humains sont-ils méchants? Lisez la Nuit d' Elie Wiesel, son mémoire de la vie dans les camps de concentration, ou Les Noyés et les Sauvés de Primo Levi. Il y a eu d'autres génocides au XXe siècle: l'arménien, l'holodomor ukrainien, le Bangladesh, le Cambodge, le Darfour et le Rwanda. Et tant de massacres et d'atrocités comme le Rapt de Nankin, Katyn Forest, Ponary, Unité 731, Lidice, Hiroshima et Nagasaki, et Srebenica, le 11 septembre, Abu Ghraib, la campagne Al-Antal, Istanbul, Bagdad, et maintenant Paris et Nice et (en écrivant) Quetta (64 tués). Les dictateurs ont tué des millions: Hitler, Staline, Pol Pot, Mao, Idi Amin, Bokassa, Saddam Hussein, Pinochet et plus encore, et maintenant Bashar al-Assad. La torture a été tolérée, mais redéfinie comme «techniques d'interrogatoire renforcées». Les terroristes comprennent le KKK, l'IRA, le FLQ, l'OLP, la Brigade rouge, le gang Baader-Meinhof, l'EOKA, certains disent le Hamas et maintenant Taliban, Al Qaïda et IS. Pour les listes et les descriptions des tueurs en série et des meurtriers de masse, consultez Google (et Pearson pour l'analyse). Et maintenant 65,3 millions de personnes sont déplacées, plus que la population totale du Royaume-Uni (Time 1 août: 45). Les criminels à col blanc comme Bernie Madoff contribuent également à la ruine généralisée. Les profondeurs de la dépravation humaine défient la compréhension. Comme le font les profondeurs de la souffrance humaine.

Le mal est-il intrinsèque à la nature humaine? Ou comme une mauvaise herbe, environnementale? Ou comme le diable, extrinsèque, un pouvoir externe? Que le diable soit la cause ou la cause du mal est une croyance répandue du Jardin d'Eden dans l'Ancien Testament aux tentations du Christ dans le Nouveau. Satan et diables et djinns sont fréquemment mentionnés dans le Coran. Cette idée de tentations a été développée dans "The Screwtape Letters", sage et spirituel de CS Lewis, qui prétendent être des lettres d'instruction pour un jeune diable, mais qui sont vraiment, je pense, une satire sur la façon dont nous nous trompons nous-mêmes. actions intéressées aux frais des autres. C'était quand les gens croyaient au bien et au mal; mais certains chanteurs pop réclament maintenant "je ne crois pas en bien et en mal". Résout ce problème: pas bien ou mal, pas bon ou mauvais, c'est tout, comme, peu importe, mec, hausser les épaules.

Près de 60% des Américains croient au diable, selon un sondage YouGov de 2013, en baisse par rapport aux 70% trouvés par un sondage Gallup en 2011. Une majorité claire donc. Une telle croyance explique le mal, bien sûr, comme extrinsèque, et pourrait même détourner une certaine responsabilité de soi pour des actions ou inactions mauvaises: péchés de commission ou d'omission. "Le diable m'a incité à le faire!" Était le slogan de ce grand comédien, Flip Wilson.

Au contraire, le Dieu aimant peut aussi être considéré par les gens religieux comme la cause du mal, pour nous éprouver ou pour la volonté impénétrable de Dieu. L'étude de cas était l'exemple de Job: un rappel que de mauvaises choses arrivent à de bonnes personnes. Les catastrophes naturelles peuvent être considérées comme des «actes de Dieu». Quelle sorte de Dieu, pourrait-on se demander, comme l'a fait Elie Wiesel. 63% des Américains croient en Dieu, sont "absolument certains", 20% sont "assez sûrs", 8% ne sont pas sûrs et seulement 9% ne le sont pas, selon un sondage PEW. Différents dieux, vraisemblablement, selon la foi. Et tant de mal, de douleur et de souffrance se fait en leur nom et dans la poursuite concurrentielle des «biens» habituels: les terres, la richesse, le pouvoir – et le bonheur.

La croyance dans le mauvais œil est, selon Maloney (1976), la croyance la plus répandue dans le monde, plus encore que le monothéisme des trois religions majeures et incroyablement incompatibles. Dans cette croyance, les humains ont le pouvoir très réel d'infliger le mal aux autres, non seulement par leurs actes, mais par un regard. Le mal est donc intrinsèque aux humains. Le mal vient du soi, pas du diable – ou peut-être des deux, mais certainement de chaque humain. Pas une image lumineuse de l'humanité; mais ensuite les nouvelles des meurtres de masse, des viols, des crimes d'honneur, de la corruption, des mensonges, des tueurs en série, de la guerre … eh bien, vous obtenez l'image, pas brillante.

La psychopathie ne semble pas bien comprise. Mégalomanie, OK; mais la psyché des tueurs en série, pas tellement. Certains suggèrent des blessures à la tête, c.-à-d. Des lésions cérébrales, ou un traumatisme psychique comme un abus physique, mental ou sexuel, ou un comportement parental incompétent: pas d'amour, pas de joie. Les psychopathes semblent incapables de comprendre les émotions ou les sentiments des autres, ils s'en fichent; ils peuvent même apprécier la douleur et la terreur qu'ils infligent; mais ils sont capables de savoir ce qui est juste et ils planifient leurs attaques avec soin. Sont-ils responsables de leurs actions? Les jurés l'ont constaté dans le cas de (l'ancien colonel) Russell Williams, qui s'est très vite détourné du vol de sous-vêtements féminins dans les régions rurales de l'Ontario pour laisser des indices et inspirer la peur (et garder les coupures de presse). deux meurtres sadiques, qu'il a filmés. Il a finalement été capturé, mais personne ne semble avoir compris comment une personne si imparfaite aurait pu monter à un si haut rang dans la Force aérienne du Canada, avoir piloté la reine Elizabeth et être la commandante de la plus grande base aérienne du Canada. Tant de mal et tant de promotions. Nous ne comprenons pas très bien le mal.

Nous pourrions même ne pas vouloir comprendre le mal. Nous pourrions même essayer de ne pas comprendre le mal, par peur de la contamination. C'est trop horrible à contempler. Mais les romans policiers et les programmes de télévision violents, et surtout les jeux vidéo violents qui doivent désensibiliser les joueurs à la douloureuse et humaine réalité de la violence, semblent être, non, extrêmement attrayants pour un large public.

Au-delà de tout cela, nos stéréotypes peuvent nous tromper. Dorothea Puente dirigeait une pension à Sacramento. Elle a été arrêtée en 1987 et reconnue coupable d'avoir tué huit hommes et femmes pour leurs prestations de sécurité. L'assistante sociale impliquée n'a jamais soupçonné cette femme charmante et attentionnée qui s'occupait des nécessiteux alors qu'elle les empoisonnait, et elle a expliqué: «J'étais vraiment naïve au sujet du mal. Je l'ai gardé très loin de moi. "Eh bien, oui, mais elle était aussi naïve au sujet des femmes le long de la dichotomie familière: les hommes mauvais – les femmes bien; et aussi les stéréotypes sur l'âge et l'apparence. Elle a ajouté: "Que ce soit mal ou non, je ne sais pas" (Pearson, 1997: 174-5).

Ce n'est pas que les gens pervers sont malades mentaux, malades. Non. Moralement malade peut-être. Les gens pervers savent ce qu'ils font. Les malades ne le font pas, par définition. Les schizophrènes peuvent entendre des voix. Ils ne peuvent pas distinguer les hallucinations et les délires de la réalité, avec parfois des conséquences désastreuses pour eux-mêmes et pour les autres. Les drogues aussi peuvent déformer la réalité. Les malades ne peuvent pas l'aider. Ils ne sont pas dans leur bon esprit. Ils peuvent même ne pas savoir ce qu'ils ont fait. Williams a fait. Ce n'était pas la maladie mais le choix, la décision et la volonté.

Kathy Reichs, anthropologue légiste et romancière à succès, qui a vu les conséquences de beaucoup de violence, a soulevé la question du mal dans son premier livre, "Deja Dead". Ayant presque poignardé un tueur en série vicieux, son anthropologue légiste, Temperance Brennan, demande à son ami un détective, le lieutenant Ryan: "Pouvez-vous le faire jour après jour sans perdre la foi en l'espèce humaine?" Il répond: " De temps en temps, l'espèce humaine engendre des prédateurs qui se nourrissent de ceux qui les entourent. Ils ne sont pas l'espèce. Ce sont des mutations de l'espèce "(1997: 530-1). Étant donné le rôle des prédispositions génétiques dans tant de comportements, je pense que lui ou elle a probablement raison.

Alors peut-être que ce que nous considérons comme le mal remonte à notre histoire évolutive. Les humains ont survécu en chassant et en tuant des animaux afin de survivre, et parfois d'autres humains en tant que limites territoriales se sont développées. Dans son livre Sociobiology (Abridged Edition, chapitre 11), EO Wilson préconise une sorte d'explication darwinienne de la violence, rappelant que nous sommes des animaux, de peur d'oublier.

Les sociologues discutent davantage d'une causalité contemporaine que d'une évolution, soulignant que la socialisation est critique, à la maison, à l'école et dans la communauté; et que le meilleur prédicteur de la criminalité est un parent criminel, suivi par une famille nombreuse, une parenté inepte, la pauvreté, etc. Bien que la famille soit souvent mise en cause lorsque les choses tournent au ralenti, ce n'est pas toujours exact. Russell avait des antécédents familiaux normaux: aucun indicateur de sa monstruosité ultérieure. Un autre exemple est les frères Bulger. Billy est devenu président d'une université, Whitey un meurtrier multiple. L'un a aidé les autres, à un coût pour lui-même, l'autre a aidé lui-même à des coûts énormes pour les autres. L'un a laissé le monde meilleur, l'autre l'a laissé pire, jonché de cadavres. Nous pouvons être des animaux, mais nous pouvons choisir.

De Sade a parlé du mal dans ses romans, qu'il considérait comme le monde réel normal de Hobbes. Il a pratiqué ce qu'il a prêché – c'est pourquoi il a passé une grande partie de sa vie en prison.

Le problème du mal a tourmenté (désolé, mais irrésistible) penseurs depuis des millénaires. Platon et Aristote s'en inquiétaient, Paul pensait que le problème était son corps et ses impulsions. Augustin a estimé que c'était le péché originel. Ainsi a fait Thomas d'Aquin. Plus récemment, les penseurs sont devenus plus laïques, comme mentionné ci-dessus, mais le mal génère encore des livres (et des blogs). C'est encore mystérieux. Peut-être lié à l'intérêt personnel.

L'intérêt personnel (personnel, économique, politique) fait tourner le monde, comme l'a noté Adam Smith il y a si longtemps. Mais l'égoïsme est problématique, et l'altruisme est ce qui rend le monde meilleur. Malheureusement, le monde nord-américain pourrait ne pas s'améliorer; ça pourrait même s'aggraver. L'inégalité économique augmente (pour une fois les économistes d'accord, notamment Stiglitz et Piketty). Notre méfiance à l'égard de l'autre augmente. Le dernier sondage Gallup (3 août) indique des niveaux de satisfaction très bas "avec la façon dont les choses se passent" seulement 17% – attention, les niveaux ont été plutôt bas depuis 2013, ne passant que brièvement à 32%. Le creux actuel est principalement attribué aux récentes fusillades policières et aux fusillades de représailles policières. Gallup avait demandé plus tôt: «D'après une liste d'institutions américaines, quelle confiance avez-vous dans chacun?» En conflit entre les deux options, «Beaucoup» et «Beaucoup», plus de 70% favorisent l'armée et plus de 60% favoriser les petites entreprises; mais moins de 10% ont «beaucoup de confiance» dans des institutions telles que les banques, les syndicats, les journaux et les grandes entreprises (Economist 30 juill. 2016: 51). Aucune mention du Congrès. Un récent sondage révèle une majorité des avis défavorables des deux principaux candidats présidentiels: 52% pour Clinton et 62% pour Trump, ce qui laisse supposer que les électeurs choisiront «le moindre de deux maux». (Torrance in Gallup 3 août)

Nous avons des mesures de presque tout, de la vitesse, de la vitesse de la lumière, de l'égalité, de la transparence, des taux de suicide, des taux de mortalité de toutes sortes, des niveaux d'éducation, mais pas aussi fondamental que le mal. Les taux de criminalité, oui, mais le vol à l'étalage ou l'ivresse publique ne sont pas mauvais. Stupide, peut-être, mais pas maléfique. Nous n'avons pas non plus de mesures de bonté et d'altruisme. Les deux seraient difficiles à mesurer, mais pas impossible, sûrement. Ce serait bien. Cela pourrait être fait par les entreprises. Delta transporte les athlètes du Sud Soudan aux Jeux Olympiques. Formidable. Gloire! Volkswagen triche sur les émissions: Mauvais.

Mais une culture ou une nation peut-elle être définie comme un mal? (Oui, Bush l'a fait … A tort, à mon avis, mais je n'étais pas Président) L'ONU a documenté plus de 1000 cas de soi-disant crimes d'honneur au Pakistan l'année dernière. Le plus tristement célèbre a été l'étranglement de la star des médias Qandeel Baloch par son frère en juillet 2016 (Economist 23 juillet). De tels meurtres se produisent souvent aussi en Inde (et quand j'étais là deux dentistes ont été trouvés coupables, finalement, après sept ans, de tuer leur fille et le domestique qu'ils croyaient être son amant), Jordanie, Afghanistan et ailleurs en Asie et au Moyen-Orient. Est, et maintenant dans la diaspora: 10-12 au Royaume-Uni, 13 aux Pays-Bas et 27 aux États-Unis (Time 1er août 2016). Et un cas horrible au Canada, où quatre femmes de la famille Shafia ont été assassinées en 2009; les meurtriers sont maintenant en prison. Les meurtres ont été largement condamnés par la communauté islamique comme non islamiques. Mais une telle violence ne serait qu'un critère. Qu'en est-il des taux d'homicides? Ou les taux de suicide? Ou les taux d'égalité? Ou les taux d'égalité des sexes? Et les taux de tolérance, pour le racisme, l'homophobie, le sexisme, l'antisémitisme et l'islamophobie? Ou une combinaison de ces taux? Nous avons un indice de liberté et un indice de transparence pour commencer. Un tel indice d'humanité / d'inhumanité aiderait-il? Il serait difficile, mais sûrement pas impossible, de peser les différents facteurs. (Haut, moyen, bas pour commencer). Il est certain que cela permettrait de faire connaître les classements et les critères et, même s'il serait controversé, cela pourrait aider.

Certainement l'amour et la joie, l'honneur et la gloire, la gentillesse et l'altruisme, imprègnent Homo sapiens; mais nous avons un problème. Le mal persiste. Il existe plusieurs théories du mal, du «il n'y a pas de telle chose» (peut-être quelqu'un est égaré ou stupide) au diable, dieu, corps, péché originel, personnalité, socialisation familiale et mauvais oeil à la mutation génétique ou épigénétique. Cela change la façon dont nous comprenons le mal, et ce que nous blâmons: nous-mêmes ou autre chose.

D'un autre côté, comprendre le mal peut ne pas être le problème. Une foule de penseurs de divers horizons ont fondamentalement soutenu que le mal est la norme, et implicitement que la bonté et l'altruisme sont l'exception, et doivent être expliqués. Lorsqu'on lui a demandé de résumer sa philosophie à Delphes, Bias, l'un des sept sages de la Grèce antique, a écrit que «la plupart des hommes sont mauvais.» Héraclite a accepté. (De Crescenzo 1; 1-5, 50). Machiavelli a convenu dans "Le Prince." Hobbes a décrit "la guerre de tous contre tous." De Sade a écrit en détail sur le monde réel de la douleur et de la souffrance, pas le monde idéal, qui est sur ce que nous DEVONS faire triomphe du mal. Ce ne est pas. Le comte Masoch pensait en termes semblables: nous sommes le marteau ou l'enclume. Freud a opiné que "homo homini lupus" – l'homme est un loup pour l'homme. Même Darwin a écrit sur la survie du plus fort, pas toujours par la violence, c'est vrai. Il écrivait sur l'évolution des créatures, mais Herbert Spencer, de qui il a emprunté le terme, écrivait sur les humains et les nations, et préconisait les avantages des guerres. Donc, sans surprise, en 2016, nous sommes de retour à parler de mal et de diables.

#SAVEHOMA

De Crescenzo, L. 1990. L'histoire de la philosophie grecque. Vol 1. Londres: Pan.

Maloney, C. (éd.). 1976. L'oeil maléfique. New York: Columbia University Press.

Pearson, Patricia. 1997. Quand elle était mauvaise. Les femmes violentes et le mythe de l'innocence. Toronto: Maison aléatoire.

Solutions Collecting From Web of "Sur le mal"