Troubles auto-immuns liés à la psychose

Une nouvelle étude établit un lien entre les troubles auto-immuns et les troubles psychotiques.

geralt/Pixabay

Source: geralt / Pixabay

Une nouvelle méta-analyse réalisée par Cullen et ses collègues révèle une association entre la psychose et maladies auto-immunes non neurologiques (NNAI). 1 NNAI sont les maladies auto-immunes qui affectent principalement les systèmes périphériques, par opposition au cerveau (par exemple, le diabète de type 1).

Contexte

Des recherches antérieures ont révélé un lien entre la schizophrénie et certaines maladies auto-immunes. Par exemple, Eaton et ses collègues, en utilisant les données du registre psychiatrique danois (qui comprenait des informations sur toutes les personnes atteintes de schizophrénie au Danemark pendant la période 1981-1998), ont conclu que les personnes ayant des antécédents de maladie auto-immune présentaient un risque accru de 45% pour la schizophrénie. 2

Plus précisément, les maladies auto-immunes suivantes ont une prévalence plus élevée chez les personnes atteintes de schizophrénie: anémie hémolytique acquise (maladie sanguine rare), alopécie areata (calvitie), hépatite chronique active (maladie du foie), malabsorption intestinale, cystite interstitielle (maladie de la vessie). , myosite (inflammation musculaire), polymyalgie rhumatismale (une maladie inflammatoire associée à des douleurs et raideurs musculaires), syndrome de Sjögren (une condition qui provoque sécheresse des yeux et de la bouche) et thyrotoxicose (maladie causée par un excès d’hormones thyroïdiennes).

Une autre étude (utilisant également des registres danois) a montré que les maladies auto-immunes augmentaient de 30% le risque de schizophrénie et que la simple histoire d’hospitalisation avec une infection était associée à un risque accru de 60%. 3

Les recherches menées à Taiwan (sur 11 000 patients hospitalisés atteints de schizophrénie) ont donné des résultats similaires. 4 spécifiquement, les patients schizophrènes avaient un risque accru des conditions suivantes:

Maladie coeliaque (maladie liée à une réaction intestinale anormale au gluten), maladie de Graves (cause fréquente de surproduction de la thyroïde), vasculite d’hypersensibilité (liée à une inflammation des vaisseaux sanguins), anémie pernicieuse (cause fréquente de carence en vitamine B12), et psoriasis (une affection cutanée).

La présente étude

Cullen et ses collègues ont effectué une méta-analyse de 31 études (couvrant des recherches publiées avant avril 2018). Ces études, qui comprenaient 107 tailles d’effet, comprenaient toutes des données pour plus de 25 millions de personnes.

Les résultats de la méta-analyse ont montré une association positive entre la psychose et la maladie coeliaque, la maladie de Graves, l’anémie pernicieuse, la pemphigoïde (une maladie cutanée rare) et le psoriasis. Il y avait également une association négative entre la psychose et la spondylarthrite ankylosante (un type d’arthrite de la colonne vertébrale) et la polyarthrite rhumatoïde (une maladie affectant principalement les articulations). 1

La taille globale de l’effet (rapport de cotes de 1,26) était plutôt faible, mais cohérente dans tous les modèles de recherche.

Une analyse temporelle a montré que non seulement la psychose et les maladies auto-immunes coïncidaient, mais que la présence de psychose augmentait le risque de troubles NNAI et que les troubles NNAI augmentaient également le risque de psychose.

geralt/Pixabay

Source: geralt / Pixabay

Explication du lien entre NNAI et psychose

Comment pouvons-nous expliquer une association aussi cohérente entre les NNAI et la psychose? Aucune explication unique convenue n’existe. En effet, différentes voies ont été impliquées. L’une implique des agents infectieux; ces agents peuvent provoquer une psychose directement (en affectant les neurones et le cerveau) ou indirectement (en activant le système immunitaire).

Une autre voie implique des mécanismes auto-immuns et la production de protéines du système immunitaire qui attaquent les organes du corps, provoquant par exemple une inflammation des vaisseaux sanguins. 5

Une troisième possibilité implique un “modèle de développement à deux coups à médiation immunitaire” complexe.

Selon ce modèle, chez les personnes génétiquement vulnérables, des facteurs environnementaux précoces tels que le stress ou l’infection entraînent des anomalies et des vulnérabilités cérébrales. C’est le premier coup. Le second problème concerne les changements environnementaux ou internes (impliquant la puberté, le stress ou les bactéries / virus) qui surviennent plus tard et entraînent des problèmes avec les circuits neuronaux et, dans certains cas, provoquent une psychose. 5

L’hypothèse de l’inflammation associée à la schizophrénie a été largement soutenue, par exemple, le système du complément (une composante de la réponse immunitaire) étant plus actif dans les maladies auto-immunes et la schizophrénie. Il existe également un soutien au lien génétique partagé entre les NNAI et la psychose, car la recherche montre une forte association entre les gènes jouant un rôle dans la régulation immunitaire et dans la schizophrénie. 4

Comme on peut le constater, malgré le soutien apporté à des points de vue différents, il n’ya pas d’accord sur les processus spécifiques qui sous-tendent le lien entre les troubles auto-immuns et la psychose; C’est pourquoi Cullen et ses collègues hésitent à proposer des traitements.

Les auteurs suggèrent toutefois que c’est une bonne idée de surveiller attentivement les personnes atteintes de certaines maladies auto-immunes, en particulier l’anémie, la pemphigoïde et la maladie de Graves, pour détecter les premiers signes de troubles psychotiques.

Les références

1. Cullen, AE, Holmes, S., Pollak, TA, Blackman, G., Joyce, DW, Kempton, MJ, … Mondelli V. (sous presse). Associations entre les maladies auto-immunes non neurologiques et la psychose: une méta-analyse. Psychiatrie biologique. doi: 10.1016 / j.biopsych.2018.06.016.

2. Eaton W. W. Byrne M., Ewald H., Mors O. Chen CY, Agerbo E., Mortensen, PB (2006). Association de la schizophrénie et des maladies auto-immunes: liaison des registres nationaux danois. American Journal of Psychiatry, 163, 521-528.

3. Benros, ME, Nielsen, PR, Nordentoft, M., Eaton, WW, Dalton, SO, et Mortensen, PB (2011). Maladies auto-immunes et infections graves en tant que facteurs de risque de la schizophrénie: étude du registre de population sur 30 ans. American Journal of Psychiatry, 168, 1303-1310.

4. Chen, SJ, Chao, YL, Chen, CY, Chang, CM, Wu, CE, Wu, CS, … British Journal of Psychiatry, 200, 374-380.

5. Bergink, V., Gibney, SM, Drexhage, HA (2014). Auto-immunité, inflammation et psychose: recherche de marqueurs périphériques. Biological Psychiatry, 75 , 324-331.

  • Pourquoi la communauté LGBT connaît-elle davantage d'abus de drogues?
  • Apprendre à apprendre la stabilité émotionnelle
  • Jeunes, Irak, Afghanistan, TSPT et abus d'alcool et de drogues
  • Pourquoi les gens restent-ils dans des relations abusives?
  • Qu'est-ce qu'un parent "naturel"? La Sean Goldman Custody Saga
  • Education: La vraie réforme de l'éducation publique commence à la maison
  • C'est ce qui arrive à votre cerveau quand vous échouez
  • Dépasser l'injustice de la vie: 3 raisons, 3 façons
  • Des moyens faciles de freiner les envies
  • Hors de l'équilibre?
  • Tout comportement peut-il être addictif?
  • Les mauvaises choses arrivent à tout le monde
  • La récupération est possible: une interview avec Hanna Kuyper
  • Perdre mon érection
  • L'intimidation est juste la moyenne
  • Ce que j'ai appris de mon dernier emploi
  • 6 raisons anxieuses Les gens évitent parfois de faire de l'exercice
  • Un revenu de base augmenterait-il le bonheur national?
  • Vacances ou Hellidays? Comment les belles-mères et les Stepkids peuvent profiter
  • Comment les feuilles d'automne colorent nos vies intérieures
  • Comprendre vos émotions
  • 6 Faits surprenants sur le bonheur
  • Grandir Kinky: la recherche montre comment une fausse identité est formée
  • Sensibilité sensorielle et comportement problématique
  • Maladie mentale: Prévenir une rechute
  • L'Anatomie d'une Dépression: Partie I
  • Regret - 8 façons de se déplacer
  • La psychologie des Lattes aux épices de citrouille
  • Le bonheur comme un adolescent lié à mieux aimer la vie à l'âge adulte
  • L'Introvert Overextended: Manipulez avec soin
  • Trois hourras pour les athlètes féminines!
  • LA PLUIE a laissé ça arriver
  • Vivre la vie douce, première partie
  • Directives d'adaptation pour nous tous
  • Les années d'or ... pas si dorées.
  • 5 avantages de l'intimité corporative