La "Précarité Manhood" du Santa Barbara Shooter

Shutterstock
Source: Shutterstock

Je n'ai jamais rencontré Elliot Rodger, l'étudiant maintenant tristement troublé dont le saccage violent à travers Santa Barbara, en Californie, a été prédit dans une vidéo Youtube terrifiante effrayante. Cependant, j'ai lu beaucoup de choses sur lui depuis que cela s'est produit, et les commentateurs n'hésitent pas à trotter les suspects habituels pour expliquer la tragédie: le manque d'attention accordée à la maladie mentale, la disponibilité facile des armes et la misogynie. sens du droit de l'homme que l'on croit répandre dans notre société. Ces explications dansent autour de la grande question qui se pose à chaque fois qu'une telle chose se produit, c'est pourquoi c'est toujours un homme qui fait cela et pourquoi c'est presque toujours un jeune homme? Rodger était certainement malade mentalement, et cette vulnérabilité le rendait mal équipé pour gérer les forces qui agissaient sur lui. Cependant, pour écarter avec suffisance cet épisode horrible comme une crise de colère par un gosse instable et gâté, il manque une trame de fond beaucoup plus grande sur la psychologie violente des hommes. Je vais d'abord fournir les antécédents scientifiques de mon argumentation, et je reviendrai ensuite à Rodger en tant qu'élève pour expliquer pourquoi la violence masculine diminue comme elle le fait.

Les psychologues Joseph Vandello et Jennifer Bosson de l'Université de Floride du Sud ont inventé le terme « masculinité précaire » pour décrire un dilemme masculin qui ne semble pas avoir de contrepartie chez les femmes. En un mot, leur position est que la virilité est un statut qui doit être continuellement gagné en prouvant que soi-même mérite d'être considéré comme un «vrai homme». Ce qui le rend «précaire», c'est qu'il peut être facilement perdu à nouveau si l'homme ne parvient pas à se mesurer aux défis incessants que la vie continuera à lui lancer. Quand j'introduis ce concept à mes élèves, il y a une compréhension immédiate de ce dont je parle, surtout par les mâles de la classe. Quand je demande aux femmes s'il y a une chose similaire qui les préoccupe en tant que femmes, il y a généralement beaucoup de regards confus et une vague saisie des manières possibles de le faire, avec l'impossibilité d'avoir un enfant étant la seule chose qui arrive régulièrement. Les différences dans la nature des conversations entre les mâles et les conversations entre les femelles font rapidement ressortir que la «virilité» est effectivement plus précaire que la «féminité».

Les racines de ce dilemme masculin résident profondément dans notre passé préhistorique. Tout au long du règne animal, le sexe qui investit le moins dans la reproduction de la progéniture (presque toujours des mâles) rivalise entre eux pour l'accès sexuel aux partenaires. Ainsi, la compétition sexuelle pour les partenaires a toujours été plus intense pour les mâles que pour les femelles, en particulier dans les sociétés polygames qui semblent avoir été typiques dans notre monde social ancestral. La plupart des gens pensent réflexivement que la polygamie est meilleure pour les hommes que pour les femmes, mais réfléchissez-y plus attentivement. Les enjeux sont très élevés pour les hommes dans le cadre de cet arrangement, puisque les gagnants de cette compétition d'accouplement repartent avec le plus grand nombre de femmes (et les femmes les plus désirables). Les perdants courent le risque de l'annihilation génétique en raison de leur incapacité à obtenir le statut et les ressources nécessaires pour attirer les partenaires. Quand les gars à statut élevé monopolisent toutes les femmes, les gars à faible statut sont complètement exclus du jeu. D'un autre côté, une femme dans une société polygame aura toujours des opportunités en raison du grand nombre d'hommes désespérés qui sont disponibles. Et même si la femme est exigeante et est en mesure de négocier, elle est probablement mieux d'être la troisième femme d'un homme avec beaucoup de ressources et de gènes, au lieu d'être la seule femme d'un perdant total.

Shutterstock
Source: Shutterstock

Historiquement, les hommes puissants ont toujours bénéficié d'un meilleur accès sexuel aux femmes que les hommes inférieurs dans l'ordre hiérarchique, et la violence peut souvent être attribuée à cette lutte sinistre pour le statut parmi les hommes. Selon toutes les indications, la position sociale d'un homme et son statut dans un groupe dépendaient souvent de la crédibilité de ses menaces de violence physique et les hommes qui pouvaient maintenir leur réputation de clients difficiles étaient plus à même de conserver leur statut. Ainsi, il s'est avéré que la quête de la domination est un comportement fortement motivé chez les hommes, et l'obtention de la domination est un état de choses très gratifiant et gratifiant pour ceux qui l'atteignent. Dans les mots de Jonathan Gottschall (page 205 – Professeur dans la cage: Pourquoi les hommes se battent, et pourquoi nous aimons regarder), «Pour dominer physiquement un autre homme est enivrant .» Une recherche de l'anthropologue Napoleon Chagnon parmi les Yanomamo du Sud L'Amérique a confirmé que les hommes qui avaient tué d'autres hommes ont acquis significativement plus d'épouses que les hommes qui n'avaient encore tué personne.

Et ainsi, la violence commise contre les bonnes personnes au bon moment était un ticket pour la réussite sociale.

Qu'est-ce qui rend cela particulièrement important pour les hommes plus jeunes? Dans le monde où nous avons évolué, le succès compétitif ou l'échec au début de l'âge adulte aurait déterminé la position d'un homme dans le groupe social pour le reste de sa vie. Il n'était tout simplement pas possible de s'éloigner et de recommencer dans un autre groupe, alors ce qui s'est passé pendant l'adolescence a beaucoup compté. La compétition à haut risque entre jeunes hommes a permis de «montrer» les capacités nécessaires pour acquérir des ressources et relever les défis de son statut. Par conséquent, une prédisposition à s'engager dans ce type de comportement à cet âge aurait été fortement choisie. L'attention portée à la performance athlétique des jeunes hommes dans les sociétés modernes s'est sans doute développée comme une alternative constructive pour faire face aux penchants des jeunes hommes qui ont évolué à une époque très différente. Cette arène de gladiateurs légalement sanctionnée permet aux jeunes mâles d'exhiber les mêmes compétences (lancer, matraquer, courir, lutter, s'attaquer, coordination oeil / main) qui auraient épelé succès dans le combat ou la chasse dans l'environnement ancestral.

Ce n'est pas un secret que la plupart des gens craignent davantage les comportements violents des jeunes hommes que les comportements violents des hommes plus âgés, et il existe une base solide à cette peur. En fait, l'universalité du comportement risqué et agressif des jeunes hommes a incité les psychologues canadiens Margo Wilson et Martin Daly à qualifier cette tendance comportementale du syndrome du jeune homme . Les données d'une de leurs études sur la relation entre l'âge, le sexe et la victimisation par homicide aux États-Unis pour l'année 1975 montrent clairement que la probabilité qu'une femme soit victime d'un meurtre ne change pas de façon dramatique tout au long de sa vie. Le risque est légèrement plus élevé entre la fin de l'adolescence et l'âge de 40 ans, principalement en raison de son association avec des jeunes hommes durant cette période. Le modèle pour les mâles, d'autre part, est frappant. Les hommes sautent d'une probabilité égale d'être assassinés à l'âge de 10 ans (par rapport aux femmes) à environ six fois plus de risque dans les années 20. Conformément aux données de Wilson et Daly, 87% des 598 victimes d'homicide dans la ville de Chicago en 2003 étaient des hommes, et 64% des victimes avaient entre 17 et 30 ans. Ainsi, la probabilité d'être victime d'une violence létale atteint un sommet chez les hommes entre la fin de l'adolescence et la fin de la vingtaine, puis diminue progressivement tout au long de la vie.

La nature alimente les feux de la violence masculine en équipant les jeunes hommes des niveaux élevés de testostérone nécessaires pour faire le travail. Un regard sur notre cousin primate le plus proche révèle que les chimpanzés mâles de haut rang social présentent les plus hauts niveaux d'agression et les plus hauts niveaux de testostérone. De plus, tous les chimpanzés mâles adultes montrent leurs niveaux les plus élevés de testostérone en présence de femelles qui ovulent, mais ceci n'est associé qu'à des niveaux d'agression plus élevés et à des augmentations non significatives de l'activité sexuelle réelle (voir Muller & Wrangham dans Animal Behavior , 2004).

Des chercheurs comme moi qui étudient la relation entre la testostérone et l'agression chez l'homme ont conclu qu'une forte relation entre la testostérone et l'agression survient principalement dans les situations où les mâles sont en compétition avec d'autres mâles ou quand le statut social d'un mâle est contesté. Fondamentalement, la testostérone augmente en réponse à des menaces pour le statut d'un homme ou à des signaux que la concurrence avec d'autres hommes est imminente. L'augmentation de la testostérone facilite tous les comportements compétitifs nécessaires pour relever le défi, ce qui, dans certains cas, signifie la violence. De nombreuses études ont montré que les niveaux de testostérone chez les hommes augmentent et diminuent selon que l'individu gagne ou perd en compétition dans des sports aussi divers que le tennis, la lutte et les échecs. Cela peut également se produire chez les spectateurs qui regardent leurs équipes gagner et perdre, entraînant souvent des émeutes violentes et destructrices qui peuvent avoir lieu après la compétition dans les villes avec des équipes impliquées dans les grands événements sportifs. Une étude a même révélé que les niveaux de testostérone des joueurs de football britanniques étaient plus élevés pour les matchs à domicile et pour les matchs contre les rivaux traditionnels! D'un autre côté, il y a souvent une baisse marquée des taux de testostérone chez les hommes qui perdent en compétition face à face, et des études chez l'animal ont confirmé qu'une diminution de la testostérone chez les rongeurs mâles est associée à de faibles comportements de dominance. comme «gel». Dans le même ordre d'idées, il a été démontré que les mâles répondent à des insultes avec des niveaux élevés de testostérone.

En 2006, j'ai co-écrit une étude dans la revue Psychological Science avec mon collègue et ami de Knox College, Tim Kasser, et une de nos étudiantes, Jennifer Klinsemith. Nous avons démontré que les mâles qui interagissaient avec une arme de poing, un indice puissant associé à de violentes confrontations interpersonnelles avec d'autres mâles, présentaient une plus grande augmentation des niveaux de testostérone et un comportement plus agressif que les mâles ayant interagi avec un jeu de plateau. Les participants masculins à ces expériences ont démantelé soit une arme à feu ou la souricière, manipulé ses composants et ensuite écrit des instructions pour la façon d'assembler les objets. Puis, quand on leur a donné l'occasion de mettre de la sauce piquante dans l'eau qui devait être consommée par une autre personne, les participants qui ont manipulé l'arme ont mis beaucoup plus de sauce piquante et ont exprimé leur déception en apprenant que personne d'autre ne buvait . Une analyse plus approfondie a suggéré que la principale raison pour laquelle les armes augmentaient l'agressivité est qu'elles provoquaient une augmentation des niveaux de testostérone.

Ainsi, les indices liés à la menace n'entraînent pas de réponses agressives à moins que la testostérone soit impliquée. Rodger éprouvait clairement une telle précipitation de testostérone quand il a acheté son premier pistolet. Dans son "manifeste", il décrit l'expérience comme suit:

" Après avoir ramassé l'arme de poing, je l'ai ramené dans ma chambre et j'ai ressenti un nouveau sentiment de pouvoir. «Qui est le mâle alpha maintenant, chiennes! "

Cela nous ramène au cas des fusillades de Santa Barbara. Rodger était clairement un jeune homme perturbé, et il lui manquait les compétences psychologiques et sociales nécessaires pour faire face au stress de sa virilité précaire. Néanmoins, on peut en apprendre beaucoup sur la violence masculine en examinant les déclencheurs qui l'ont déclenché, car ce sont sans aucun doute les mêmes déclencheurs qui attendent d'être attirés par d'autres jeunes hommes désespérés. Je vais m'appuyer sur ses propres mots de la vidéo YouTube et de son manifeste écrit pour illustrer la collision entre sa psychologie des hommes des cavernes et la façon dont la compétition masculine se joue dans le monde moderne.

You Tube (Elliot Rodger's Retribution)/Fair Use
Source: You Tube (Rétribution d'Elliot Rodger) / Utilisation loyale

À première vue, son isolement social semble étrange. Il n'était pas un mauvais gars, et il avait de l'argent, alors on aurait pu s'attendre à plus de succès pour lui sur le marché de l'accouplement. Il croyait que les filles mettaient régulièrement de l'attention, de l'amour et du sexe sur d'autres hommes, et l'insaisissabilité des expériences sexuelles pour lui était obsédante et mystifiante. La seule chose qui ne lui a jamais semblé venir, c'est que les détecteurs de léthargie des femmes de Santa Barbara semblaient fonctionner très bien. En tout cas, Elliot Rodger était obsédé par le manque d'attention que lui portaient les autres, surtout de la part de jeunes femmes attirantes. Il a parlé d'être forcé de « pourrir dans la solitude » alors qu'il passait inaperçu parmi ses pairs au Santa Barbara Community College auquel il participait.

Un manque d'attention d'autres personnes dans nos vies peut être dévastateur. Le psychologue britannique Paul Gilbert a développé quelque chose qu'il appelle Social Attention Holding Theory . Selon Gilbert, nous rivalisons entre nous pour que d'autres personnes nous regardent (témoin de la popularité des émissions telles qu'American Idol , The Voice , etc.), et c'est parce que d'autres personnes font attention à nous que nous acquérons un statut. Si les gens ne font PAS attention à vous, vous êtes par définition un perdant, ou du moins seulement une célébrité de B-List. Selon la théorie de Gilbert, le statut accru qui vient du fait que les autres nous assistent conduit à toutes sortes d'émotions positives, mais être constamment ignoré par les autres produit des émotions beaucoup plus sombres, en particulier l'envie et la colère.

Selon les psychologues évolutionnistes David Buss (UT-Austin) et Sarah Hill (Texas Christian University), les rivaux que les hommes envient le plus sont d'autres hommes qui ont plus de sexe et qui côtoient des femmes attirantes. L'envie et la rage ressenties par Elliot Rodger étaient palpables, et ses paroles reflètent exactement les préoccupations prédites par la science dont j'ai discuté. Il déteste, déteste, déteste les « hommes sexuellement actifs » qui ne sont rien de plus que des « brutes désagréables » auxquelles les femmes se jettent inexplicablement. Il est profondément préoccupé par son statut aux yeux des autres. Il passe beaucoup de temps à cultiver les attributs extérieurs d'un homme de haut rang alors qu'il affiche fièrement ses lunettes de soleil à 300 $ et son automobile BMW, mais il est profondément intrigué par le manque d'enthousiasme qu'il suscite chez les femmes. Après tout, il est un « homme parfait autoproclamé», le gentleman suprême. "La dissonance cognitive qu'il éprouve se traduit par un sentiment blessé d'être une victime. Il se plaint de l'injustice de tout cela et canalise sa rage vers des actions violentes qui, selon lui, vont enfin élever son statut. Dans ses propres mots, « Vous verrez que je suis le vrai mâle Alpha », et « Je serai un dieu ». Il est là pour restaurer la justice en punissant les gens pour leurs «crimes» contre lui. Il fait de grands efforts pour trouver les mots les plus dramatiques possibles pour décrire le carnage dont il rêve, avec «l' anéantissement », «l' abattage » et « détruit » parmi ses favoris.

En bref, un manque d'attention de la part des autres entraîne un manque de statut, résultant en un manque d'accès aux femmes, et combiné avec la testostérone d'un jeune homme, crée un mélange toxique et combustible. Nous ne pouvons pas faire grand-chose pour changer la structure du jeune esprit masculin qui a littéralement pris des millions d'années à construire. Cependant, ignorer ou nier son existence ne nous sert pas non plus de faveurs. Ce n'est qu'en comprenant le problème que nous pouvons espérer le traiter efficacement.

  • Est-ce que votre adolescent est un observateur, asserter, perfectionniste ou ...?
  • Dix conseils pour traiter avec des voisins ayant des relations sexuelles intenses
  • Optimisme: Comment vivre plus longtemps et être plus heureux
  • Êtes-vous câblé pour la résilience?
  • Les femmes du design, transformer la maison, se transformer
  • Le bureau: la thérapie en action
  • 13 Drapeaux rouges d'amitiés potentiellement toxiques
  • Changement de langue, changement de personnalité?
  • Athlètes et la spirale du silence
  • Rencontres en toute simplicité
  • Smoothie, quelqu'un? Ou peut-être un nettoyage psychique?
  • Jeux pour soigner les problèmes de sexe communs
  • Quelle est votre ligne préférée d'un livre d'images pour enfants?
  • Le boss introverti: comment être un leader tranquille
  • Les appartements vivent heureux pour toujours - dans des lieux qui leur sont propres
  • Appréciez, ne jugez pas
  • Conseil en infertilité: à quoi s'attendre
  • Types d'oignon et d'ail: Internalisers ou Externalisers
  • Adolescence et apprendre à interagir avec les adultes
  • Conseils pratiques de gestion pour les chiens ayant des problèmes de comportement
  • Débuter et réussir en pratique privée
  • Quelles sont vos intentions sexuelles?
  • Jeux pour soigner les problèmes de sexe communs
  • 7 façons de bâtir la confiance dans une relation
  • Incroyable! Mon livre est annoncé sur TELEVISION!
  • L'infidélité devient publique
  • Tout est dans le pouvoir
  • Est-ce que votre chien est seul?
  • Donald Trump est-il un mâle alpha?
  • Musicothérapie pour nos soldats
  • Les chiens aiment-ils les gens plus qu'ils n'aiment les autres chiens?
  • Brillant, Brazen, Cerveaux chez les adolescentes
  • Répondre aux annonces ciblées
  • Au-delà de la salle de classe
  • Livres: Les femmes, leurs noms et les histoires qu'ils racontent
  • 3 conseils pour profiter des vacances en divorçant