Quand les auteurs sont aussi des victimes

Prise en charge des traumatismes dans le système de justice pénale.

Le juge a entamé son discours sur la détermination de la peine: “Que fais-je lorsque l’auteur est aussi une victime?” La semaine dernière, je me suis retrouvé dans une salle fédérale en Floride, remplie de survivants,

On m’avait demandé de témoigner en tant qu’expert sur l’impact d’un traumatisme sur les survivants de la traite des êtres humains. L’objectif était d’aider le juge à comprendre les soins adaptés aux traumatismes. C’était une affaire compliquée impliquant une survivante du trafic sexuel qui avait pris un accord pour un crime choquant qu’elle dit ne pas avoir commis. Elle avait passé deux ans en prison et faisait face à huit autres.

J’ai été contactée par Alyssa Beck, une jeune femme à la personnalité sans prétention mais avec un esprit féroce. Beck a été trafiquée à l’âge de 15 ans et a subi plusieurs années d’abus horribles. Elle s’est battue contre son trafiquant et, à 16 ans, elle a été incarcérée et jugée en tant qu’adulte, faisant face à la prison à vie pour enlèvement, détournement de voiture et quatre autres crimes. Elle a gagné son procès et travaille maintenant comme spécialiste du plaidoyer pour une merveilleuse organisation communautaire appelée le Delores Barr Weaver Policy Centre, qui attire l’attention sur l’incarcération des filles et des femmes, dont beaucoup sont victimes de violence. Grâce à des partenariats au sein de la communauté, le Centre est en mesure de connecter les survivants à un large éventail de services, y compris des conseils juridiques, des emplois, des logements et des conseils.

Malheureusement, les situations dans lesquelles les victimes de traite sexuelle de femmes sont punies alors que leurs trafiquants sont libérés sont trop courantes. La criminalisation des survivants de la traite des personnes est contre-productive et, dans mon témoignage, j’ai expliqué pourquoi. Une approche fondée sur le traumatisme tient compte de l’impact généralisé de la violence et de la victimisation sur la vie des survivants, reconnaissant que le comportement d’un survivant est souvent un mécanisme d’adaptation. Il est essentiel de reconnaître que la capacité des survivantes à faire face et leur capacité à traiter des expériences émotionnelles sont souvent dépassées par les expériences de traumatisme, entraînant des effets importants et durables. Bien que les traumatismes vécus par chaque individu soient différents, il est important de comprendre comment les traumatismes peuvent imposer des compétences d’adaptation et conduire à des stratégies de survie fondées sur la biologie, en particulier dans les cas d’abus répété pendant de nombreuses années. Les survivants vivent dans un “mode de survie” pendant si longtemps que cela affecte leur perception de la réalité et empêche leur capacité de voir au-delà du moment.

Les survivants d’abus sont particulièrement vulnérables aux symptômes physiques et psychologiques débilitants et persistants tels que l’anxiété, la dépression, la toxicomanie et les troubles de l’alimentation. Les traumatismes sont également associés au trouble de stress post-traumatique, qui peut entraîner un manque de contrôle des émotions, des accès de colère soudains, des difficultés de concentration, une dissociation et une prise de risque accrue. Les plus graves de ces symptômes sont associés aux antécédents de victimisations multiples, qui commencent souvent au cours de l’enfance. Les expériences de traumatisme peuvent profondément façonner le sens de l’individu et celui des autres. Les événements traumatiques, en particulier au début de la vie, peuvent entraîner une méfiance généralisée envers les autres et peuvent nuire à la capacité d’avoir des relations intrapersonnelles saines. Vivant dans un “mode de crise” constant, les survivants considèrent souvent le monde comme dangereux et évitent de chercher de l’aide ou du soutien en raison de la méfiance des autres. Ils présentent souvent des réponses inappropriées et ont un jugement altéré. Ils peuvent montrer ce que nous considérons comme un mauvais jugement. Ceux d’entre nous qui n’ont pas subi de traumatisme ne peuvent pas anticiper ou comprendre leurs réactions ou leur comportement.

Une approche des soins fondée sur le traumatisme est particulièrement importante pour les victimes de la traite des êtres humains et de la violence entre partenaires intimes. Ceux qui travaillent avec les survivants doivent apprécier les impacts physiques, sociaux et émotionnels des traumatismes sur les survivants, en les aidant à éviter la ré-traumatisation en évitant les déclencheurs qui revictimisent les survivants. Celles-ci peuvent inclure le sentiment d’être menacé, vulnérable ou de subir une perte de pouvoir ou de contrôle. S’attendre à ce que les survivants puissent commencer le processus de rétablissement alors qu’ils sont incarcérés n’est tout simplement pas réaliste. Les survivants ont besoin d’une approche globale à long terme, qui comprend la mise en place de mesures de soutien de base et la sécurité et le traitement dans plusieurs systèmes de soins. Aider les survivants à développer leur estime de soi, leur autonomisation et leur lien avec eux-mêmes et la société est la première étape du processus de guérison. Le développement de relations de confiance à long terme, qui doivent généralement se produire bien avant que le survivant ne soit disposé à suivre un traitement, constitue un élément essentiel de la récupération des traumatismes et de la création de nouvelles vies pour les survivants. Une approche fondée sur les traumatismes peut éclairer les plans thérapeutiques pour les survivants de traumatismes et permettre aux services d’être fournis de manière à maximiser les chances de réussite.

L’inculpée dans la salle d’audience de Floride a eu la chance incroyable d’avoir le soutien du personnel du centre politique Delores Barr Weaver, qui l’avait rencontré chaque semaine pendant près de deux ans. Ils ont investi un temps et des ressources extraordinaires dans son dossier. Ils ont élaboré un plan de traitement détaillé à long terme comprenant un traitement de la toxicomanie en établissement, deux ans de logement sûr, des services de consultation individuels et de groupe, un emploi et bien plus encore. Les défenseurs publics ont fait un excellent travail et il était clair que le juge avait vraiment compris. Dans sa détermination de la peine, il a reconnu que, dans des circonstances différentes, l’accusé aurait pu s’asseoir du côté du procureur et que son trafiquant était celui qui était enchaîné. Bien que le chemin à parcourir ne soit ni facile ni court, dans ce cas, le défendeur commencera ce processus avec beaucoup de soutien.

  • Peut-on prévenir la violence sexuelle chez les adolescents?
  • Qui les Américains se tournent vers les soins de santé mentale
  • La peine de lésion cérébrale est un chagrin extraordinaire
  • Aller de l'avant en ne vivant pas dans la peur après une attaque violente
  • Meurtre et chaos à Fort Hood: Embouteillage post-traumatique, folie ou terrorisme politique?
  • Les attentats de Manchester et de London Bridge: aider les enfants à faire face
  • Soins auto-administrés et performances optimales en période difficile
  • Le tabou du viol masculin maintient les victimes silencieuses
  • Qu'est-ce qu'un traumatisme?
  • Bergdahl et blessures morales dans les cas de SSPT liés à la guerre
  • La fête des mères pour ceux élevés par les parents narcissiques
  • Comment la méditation change la structure de votre cerveau
  • Réponse aux éléphants
  • Musique, fiction et neurosciences de l'oubli actif
  • Toute la rage
  • La nouvelle ère du cannabis
  • Pourquoi les discussions sur le climat de Paris sont importantes
  • Éradiquer la stigmatisation de la santé mentale dans l'armée et au-delà
  • VA dit 68 000 vétérinaires accro aux analgésiques opioïdes
  • Être Dexter Morgan
  • Nous ne parvenons pas à traiter les troubles de l'alimentation chez les minorités
  • Se rendre au coeur du bruxisme
  • Revenir à un lieu inchangé révèle comment vous avez changé
  • Améliorer les résultats cliniques en prenant soin du «deuxième cerveau»
  • Il est temps de tuer la peine de mort
  • 8 façons de savoir si votre patron est un tyran
  • Je vous remercie! Candidat au doctorat parisien Ludvig Levasseur!
  • Quand un être cher tente un suicide
  • La récupération n'est pas immunisée contre les effets du traumatisme
  • Traitements conventionnels des troubles anxieux
  • La VA découvre le SSPT lié aux maladies cardiaques
  • Êtes-vous toujours stressé? Nouveau test sanguin peut expliquer pourquoi
  • Les souvenirs inconscients se cachent dans le cerveau mais peuvent être récupérés
  • Barrages routiers dans la recherche de réponses
  • Accro à la suspicion romantique
  • Problèmes de conformité au traitement chez les adultes atteints de troubles mentaux