Vos sens, votre moi: Entretien avec Matteo Farinella

Utiliser des bandes dessinées pour expliquer comment les sens nous façonnent.

Matteo Farinella

Source: Matteo Farinella

The Senses de Matteo Farinella est un élégant livre de base sur la science des sens. Farinella est neuroscientifique, artiste de bandes dessinées et présidentielle dans la Society and Neuroscience de la Columbia University. Comme son livre précédent Neurocomic (une collaboration avec Hana Ros), The Senses est un bel objet fabriqué avec un art luxuriant que vous ne voyez pas beaucoup dans l’édition de nos jours. Sa texture matérielle rend justice à son élégance conceptuelle. En outre, comme Neurocomic , cela prend la forme d’un conte de quête. La protagoniste déconcertée de Farinella expérimente un dispositif de réalité virtuelle lorsqu’elle se retrouve errant dans une forêt d’organes des sens – guidés par des personnages clés de l’histoire de la science et de la philosophie, des guides qui l’aident (et nous) à comprendre comment les sens façonnent la réalité et identité.

Le protagoniste de The Senses explore notre corps en tant que «filtres» actifs pour l’expérience sensorielle. Pourquoi cette idée est-elle importante? Pourquoi une bande dessinée est-elle un genre utile pour explorer la complexité des sens?

Matteo Farinella, The Senses (Nobrow Press)

Source: Matteo Farinella, Les Sens (Nobrow Press)

Les sens étaient un sujet difficile: nous devions probablement tous étudier les cinq sens (traditionnellement reconnus) à l’école, et il existe déjà de nombreux excellents livres écrits sur chacun d’entre eux. La plupart des gens prennent leurs sens pour acquis et pensent qu’ils savent déjà tout sur eux. Nous apprécions rarement leur complexité. Cependant, après avoir écrit un livre sur le cerveau – un sujet beaucoup plus à la mode -, j’ai pensé qu’il était important de célébrer nos humbles organes sensoriels. Parce que tout ce que notre cerveau sait provient de nos sens, nous ne saurions rien sans eux. Notre cerveau tout-puissant serait aussi utile qu’un ordinateur sans clavier, pavé tactile ou sans fil.

En général, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les bandes dessinées sont un excellent moyen de parler de la science, mais dans ce cas-ci, c’était surtout un moyen de reconditionner un matériau traditionnel en un récit nouveau et, espérons-le, plus attrayant. J’ai dû condenser beaucoup d’informations sur quelques pages et, sans la bande dessinée, il aurait été difficile de tout relier. Cela aurait été une longue liste de faits scientifiques, peut-être impressionnants mais certainement pas très mémorables.

Le livre peut être vu comme une introduction aux sciences des sens, utilisant la forme comique pour rendre accessibles des idées complexes? Quels sont les aspects les plus surprenants ou contre-intuitifs des sens que vous vouliez visualiser et expliquer?

Une autre grande chose à propos de la bande dessinée (en plus de l’élément narratif) est que vous pouvez parfois construire un argument plus convaincant avec des images que des mots. Par exemple, en visualisant les voies sensorielles comme des “voies” physiques que le protagoniste doit suivre, j’essayais de dire combien de temps restaient et alourdissaient ces liens entre le cerveau et le monde extérieur. En termes clairs: «Il n’ya pas de connexions synaptiques entre votre rétine et le cortex visuel» ne fait pas passer le message de la même manière. Les chiffres sont abstraits, mais nous pouvons tous comprendre le sentiment de faire une longue promenade.

 Matteo Farinella, The Senses (Nobrow Press)

Source: Matteo Farinella, Les Sens (Nobrow Press)

Pour moi, c’était l’une des choses les plus fascinantes sur le sujet: même si, dans la vie de tous les jours, nous percevons les informations sensorielles comme des données qui nous parviennent sans effort et en temps réel, il ya beaucoup de traitements et de filtrages qui se passent sous le capot. . Ce que nous percevons comme «réalité» n’est pas en réalité une donnée brute, mais une histoire très élaborée que nos sens nous ont concoctée. Je pense que le savoir devrait nous rendre un peu plus humbles et peut-être ne pas présumer que notre expérience et notre “point de vue” sont si objectifs et universels. Il existe de nombreuses manières subtiles d’expérimenter et de comprendre le monde.

Le livre est presque aussi philosophique que scientifique. Vos personnages, dont certains sont des personnalités de l’histoire des sciences et de la philosophie, répètent sans cesse que les sens font ou construisent la réalité. Vous donnez l’exemple que les cheveux humains sont beaucoup moins sensibles que ceux de nombreux autres animaux, ce qui conduit à un ensemble de perceptions très différent du monde. Plus tard, l’un de vos personnages explique que les humains ne voient qu’une petite partie des couleurs qui se déplacent dans l’atmosphère terrestre, celles qui se trouvent dans notre «fenêtre optique». J’aimerais beaucoup vous entendre parler un peu de la manière dont les expériences sensorielles façonnent la réalité.

Merci d’avoir posé cette question. Bien que j’aie essayé de ne pas le rendre trop explicite jusqu’à la fin, l’angle philosophique a été l’une de mes principales motivations pour écrire ce livre. En tant que neuroscientifique formé à la biologie, j’ai toujours été frustré par le caractère anthropocentrique du domaine des neurosciences. Particulièrement quand il s’agit de conscience et d’autres fonctions “supérieures”, on suppose souvent qu’il doit exister quelque chose de spécial dans le cerveau humain, et par “spécial”, nous entendons bien sûr “supérieur”. Ceci est clairement un bagage de notre passé religieux mais il est constamment mis au défi par de nouvelles recherches. De l’outil utilisé au langage et à la mémoire, nous découvrons que les autres animaux – s’ils sont testés correctement – peuvent facilement performer aussi bien, voire mieux, que les humains. Certaines personnes trouvent cela difficile à accepter et leur solution consiste à redéfinir ce que nous entendons par «langage» ou «intelligence» afin que nous puissions avoir notre «club humain» exclusif un peu plus longtemps. Je trouve cela à la fois philosophiquement discutable et scientifiquement contre-productif.

Matteo Farinella, The Senses (Nobrow)

Source: Matteo Farinella, Les Sens (Nobrow)

Si nous voulons vraiment comprendre «comment fonctionne le cerveau» au lieu de nous concentrer uniquement sur ce qui nous rend «spécial», nous devrions d’abord rechercher les similitudes, puis essayer d’expliquer les différences. En ce sens, je pense que nous avons beaucoup à apprendre d’organismes plus simples, peut-être même d’invertébrés. C’est pourquoi j’ai tant d’animaux qui parlent à l’homme et soulignent nos limites. Aucun cerveau n’est «meilleur» que les autres, chaque cerveau est «parfait» à sa manière, pour son propre environnement (c’est-à-dire ses entrées sensorielles). Les cerveaux de chauves-souris savent bien naviguer dans les paysages sonores, les cerveaux de chiens d’extraire des informations des odeurs, les cerveaux de rats taupes nus pour sonder l’obscurité. Nous commettons souvent l’erreur de penser que les cerveaux sont des machines idéalisées, déconnectées de leur environnement, mais les cerveaux n’ont pas été conçus, ils ont évolué. Je pense que demander O et POURQUOI un cerveau évolué est la première étape pour comprendre COMMENT cela fonctionne.

Votre livre m’a fait penser aux sens d’une manière nouvelle – comme une traduction. Laissez-moi expliquer ce que je veux dire. Vous décrivez le «bulbe olfactif» du cerveau (un terme que j’adore). Les noyaux de cellules nous permettent de sentir, en se basant sur les informations qu’ils obtiennent via les cils (petites structures ressemblant à des cheveux) de cellules olfactives. Les cils «collectent» des informations malodorantes du monde, sous forme chimique. Alors je tondre ma pelouse. L’herbe coupée libère des produits chimiques. Les cils sur le nez de mon nez pénètrent dans le mucus, détectent ces produits chimiques et envoient un message au bulbe olfactif, où les processus électrochimiques interprètent les informations, traduisant ainsi une chaîne de produits chimiques en sentant l’herbe fraîchement coupée. Est-ce que j’ai ce droit? Si tel est le cas, j’aimerais connaître vos idées sur les différentes interfaces entre les organes des sens et les systèmes cérébraux.

Oui, c’est vrai, j’aime l’analogie. D’une certaine manière, il peut être appliqué non seulement aux sens mais au système nerveux dans son ensemble: le cerveau est une sorte de “traducteur” électrique universel. Aucune des choses que nous percevons n’est propre à l’homme, pas même aux animaux. Les plantes peuvent percevoir la lumière sans rétine et même les organismes unicellulaires les plus simples, comme les bactéries, sont capables de percevoir des gradients de produits chimiques dans leur environnement (ce qui n’est pas sans rappeler l’odeur de gazon que vous venez de décrire). En réalité, notre système nerveux prend simplement toutes ces informations non liées (molécules, température, vibrations et électromagnétique) et les traduit en signaux électriques (langage des cellules cérébrales) afin de pouvoir les combiner et nous permettre de les percevoir. «réalité» comme une expérience cohérente. En suivant cette analogie, nous pouvons penser à toutes sortes d’informations disponibles dans le monde (comme les champs électriques et la polarisation de la lumière) auxquelles nous sommes «sourds» simplement parce que nous n’avons pas l’interface adéquate pour les traduire dans notre système neuro natif. -la langue. Mais il n’y a aucune raison pour qu’ils ne puissent pas également être intégrés dans notre perception, si seulement nous avions le bon type de récepteurs (comme le font d’autres organismes).

Avec l’odorat – et tous les sens, vraiment – l’émotion et la mémoire sont également impliquées. Comment décririez-vous ou illustreriez-vous la relation entre nos sens, nos souvenirs et nos émotions?

L’odorat est souvent utilisé comme exemple classique d’un «sens émotionnel» simplement parce qu’il semble plus connecté anatomiquement aux zones émotionnelles de notre cerveau, mais c’est probablement une simplification excessive (il se pourrait que nous comptions davantage sur les émotions / souvenirs pour classer les odeurs parce que nous manquons de classifications linguistiques). La vérité est que, comme vous le soulignez, tous les sens sont intimement liés aux émotions et aux souvenirs et, plus généralement, à la façon dont nous percevons le monde est toujours influencé par nos expériences et attentes passées. La plupart de mon livre se concentre sur les connexions «avancées»: des récepteurs sensoriels au cerveau, mais il est important de souligner qu’il existe autant de connexions de «rétroaction» de notre cerveau à nos réseaux sensoriels. Notre perception sensorielle n’est jamais purement «objective» mais constamment modulée par nos états internes. Un exemple évident est comment la douleur physique peut devenir un plaisir dans les bonnes circonstances, ou les mêmes molécules exactes peuvent être classées comme un fromage délicieux ou quelque chose de révoltant en fonction de notre humeur, de nos attentes et de nos habitudes culinaires.

Vous êtes un président présidentiel dans la société et les neurosciences de l’Université Columbia. Comment est le programme? Quel est votre rôle là-bas.

Oui; malheureusement, je suis dans ma dernière année de ce poste. Le programme est destiné aux postdoctorants en neurosciences qui souhaitent élargir leurs recherches aux sciences humaines et sociales et aux chercheurs en sciences humaines qui effectuent des travaux interdisciplinaires en rapport avec les neurosciences. Chaque chercheur a un projet complètement différent, nous avons donc probablement tous des expériences légèrement différentes du programme, mais pour lui tout simplement a changé la vie. Après avoir terminé mon doctorat en neuroscience, j’ai quitté la recherche scientifique pour dessiner des bandes dessinées, et je n’avais jamais pensé trouver un endroit pour poursuivre mes intérêts éclectiques au sein du monde universitaire. Pendant ces années, je dessinais des bandes dessinées sur la science, mais je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de penser au pourquoi de la bande dessinée pouvait être un moyen efficace de communication scientifique. Grâce au programme PSSN, j’ai pu prendre du recul et regarder la bande dessinée du point de vue de la psychologie de l’éducation et des neurosciences cognitives. Au cours des deux dernières années, j’ai acquis une compréhension beaucoup plus profonde de la manière dont les gens se passionnent pour la science, du rôle des métaphores et des récits, et bien plus encore. En conséquence, je pense que je serai capable de dessiner des bandes dessinées plus engageantes et, espérons-le, de quantifier leurs effets sur la perception publique de la science.

Je dois demander: quel est votre prochain projet?

C’est une question difficile à répondre pour le moment… en partie à cause de ma position à Columbia et en partie parce que j’aime toujours faire une pause après un long livre, je ne travaille pas actuellement sur un nouveau roman graphique. Pour le moment, je prends le temps d’expérimenter différents formats (plus courts) et de collaborer avec d’autres scientifiques. Par exemple, j’explore l’idée de «bandes dessinées» avec Benjamin Bach et d’autres collègues, en collaborant avec un webcomic pour ERCcOMICS et, puisque notre Kickstarter est officiellement financé!, Je passerai quelque temps à dessiner un jeu de «tarot scientifique» avec mon ordinateur. amis chez Massive Science. Aucun de ces projets ne constituera un livre approprié, mais j’espère qu’ils m’aideront à atteindre de nouveaux publics.

  • Pourquoi notre attitude envers l'homosexualité a-t-elle changé?
  • Le mythe de l'individu autodidacte
  • Comment bénéficier de la diversité en milieu de travail
  • Religions innocentes
  • Se réveiller
  • Comment et où rencontrer des femmes ou des hommes
  • "Qui, Moi? Je ne suis pas Misogyne"
  • Religion et raison
  • Êtes-vous un éducateur de masturbation?
  • Somebodies et Nobodies: Égaux dans la dignité
  • Un psychologue précoce: le Bouddha
  • La quatrième vague de psychothérapies
  • (A) Le théisme, le sens et l'anxiété de la mort
  • Qu'est-ce que le courage? Leçons du Lion lâche
  • L'Enlèvement! Omigod! Nous allons tous mourrir!
  • Leadership spirituel
  • Phobies et cauchemars
  • Les mamans de filles: une bonne image de soi commence avec vous
  • Le plus heureux
  • Zèle missionnaire athée
  • Qu'est-ce qui rend les gens passifs-agressifs? 6 Causes possibles
  • Pas de douleur, pas de gain: pourquoi nous punissons-nous
  • Pourquoi les gens choisissent-ils la science qu'ils acceptent?
  • Pourquoi nous faisons des erreurs
  • Espoir ininterrompu
  • Antibullyism et "Le petit rire de l'esprit américain" Partie 1
  • L'intimidation et le suicide anti-homosexuels: le clergé, les politiciens, les parents et le sang sur les mains
  • Former une nouvelle habitude
  • Notre société polarisée
  • Pleine exposition: Le traitement de l'entartrage pour OCD
  • Pourquoi les mauvaises choses peuvent être faites au nom de la religion
  • Comment la recherche peut aider à contrer le succès d'ISIS, partie 4
  • Soins spirituels en période de changement
  • Un signe possible de Dieu qu'il existe
  • L'Amérique le «meilleur» et le «plus grand»
  • Le jour après l'Halloween